RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le 17e prix RSF a été remis à un journaliste cubain, une radio nord-coréenne et deux blogueurs birmans

(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse abrégé de RSF daté du 4 décembre 2008:

Le 17e prix Reporters sans frontières a été remis aujourd'hui à Paris à un journaliste cubain, une radio nord-coréenne et deux blogueurs birmans

Le jury du prix Reporters sans frontières a désigné le Cubain Ricardo González Alfonso "journaliste de l'année 2008" pour sa contribution à la survie d'une presse indépendante dans l'île. Après avoir osé concurrencer le monopole de l'État sur l'information, Ricardo González Alfonso a été arrêté, le 18 mars 2003, avec 26 autres journalistes dissidents, lors de la vague répressive dite du "Printemps noir". Accusé d'être "à la solde des Etats-Unis" et d'avoir "attenté à l'indépendance et à l'intégrité territoriale de Cuba", il a été condamné à vingt ans de prison. Il est détenu depuis la fin de l'année 2004 à la prison du Combinado del Este, à La Havane, malgré un état de santé fragile.

C'est pour saluer le courage et la détermination des journalistes nord-coréens de Radio Free NK que le jury du prix Reporters sans frontières leur décerne le prix du Média 2008. Première radio dissidente nord-coréenne, Radio Free NK est dans le collimateur du régime totalitaire de Kim Jong-il. Obsédé par le contrôle de l'information, celui-ci a menacé, à plusieurs reprises, de faire cesser le dialogue avec la Corée du Sud si cette radio, basée à Séoul, n'était pas interdite. Les journalistes nord-coréens qui préparent les programmes de Free NK sont régulièrement menacés de mort et le directeur est protégé par des policiers sud-coréens depuis qu'un complot pour le tuer a été déjoué.

Enfin, Zarganar et Nay Phone Latt, tous deux blogueurs birmans, ont été désignés lauréats, ex-aequo, de la catégorie "Cyberdissident".

- Le blogueur et artiste Zarganar, surnommé le "Charlie Chaplin birman", défend les droits de l'homme et dénonce les abus de la junte au pouvoir grâce à ses sketches et aux articles qu'il publie sur son blog, depuis août 2007. Il est devenu une source fiable d'informations, dans un pays étranglé par la censure et la répression.

- Le blogueur Nay Phone Latt, âgé de 28 ans, a été condamné, le 10 novembre 2008, à vingt ans et six mois de prison par un tribunal spécial, réuni au sein même de la prison d'Insein. Il a été reconnu coupable d'avoir violé l'Electronic Act, qui punit sévèrement l'utilisation de l'Internet contre le gouvernement.

Le Prix Reporters sans frontières est décerné par un jury international.

Dernier Tweet :

Ante el contexto violento que vive #Ecuador, @FUNDAMEDIOS junto a varios periodistas y organizaciones de la socieda… https://t.co/80C4Ln2o1K