RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Journée mondiale de la liberté de la presse 2009 : L'attention est porté sur les médias, le dialogue et la compréhension mutuelle

Sculpture devant le quartier général de l'UNESCO
Sculpture devant le quartier général de l'UNESCO

UNESCO

Aujourd'hui au Sri Lanka, le gouvernement prétend que la guerre qui durait depuis 25 ans contre les Tigres tamouls tire à sa fin - c'est là un événement que tout journaliste voudrait couvrir. Mais le gouvernement refuse de laisser des reporters avoir accès aux zones de guerre ou aux régions où des milliers de personnes déplacées essuient des tirs.

En période de perturbations, le besoin des gens en informations fiables est particulièrement grand - leur survie même peut en dépendre. « Lorsque le sang coule, l'encre des reporters doit couler elle aussi », dit le groupe Reporters sans frontières (RSF), qui est membre de l'IFEX et qui dirige une campagne internationale pour exiger qu'on laisse les journalistes circuler librement dans les zones de conflit du Sri Lanka.

La demande arrive à point, tandis que des journalistes et autres de partout sur la terre convergent vers Doha, au Qatar, pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse, de l'UNESCO, dont le thème cette année est le potentiel qu'ont les médias de favoriser le dialogue, la compréhension mutuelle et la réconciliation.

« Renforcer les principes et les pratiques de médias libres et professionnels constitue le moyen le plus durable de nourrir une culture des médias qui oeuvre à l'édification de la paix », dit le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura. « Seuls des médias dynamiques, indépendants, pluralistes, inclusifs et équitables, jouissant de la liberté de rédaction et dénués de censure et de l'influence des propriétaires ou d'intérêts peuvent contribuer au dialogue et à la réconciliation au-delà des fractures. »

Dans le cadre du thème de cette année, le Prix mondial de la Liberté de la presse, de l'UNESCO, décerné chaque année à une personne ou à une organisation qui démontre du courage dans la défense de la libre expression, honore un journaliste sri lankais déterminé qui s'est opposé à la guerre, Lasantha Wickrematunge.

Wickrematunge, dirigeant fortement médiatisé du journal sri lankais « The Sunday Leader », se rendait au travail à Colombo le 8 janvier 2009 lorsqu'il a été agressé par un groupe d'individus circulant sur des motocyclettes de style militaire. Il a succombé plusieurs heures plus tard.

Le plus remarquable peut-être à propos de cet assassinat, c'est qu'il avait été prédit : trois jours après l'attentat, le « Sunday Leader » publiait sa dernière chronique. Wickrematunge y disait à quel point la situation de la liberté de la presse s'était détériorée depuis quelques années, en pleine guerre civile. Il condamnait avec une égale ferveur l'occupation du nord et de l'est du Sri Lanka par l'armée, et les Tigres tamouls que combat le gouvernement. Et il faisait valoir de manière convaincante que lorsqu'il serait enfin tué, « ce sera(it) le gouvernement qui le tuera(it) ».

« Les membres du jury ont été poussés à un choix presque unanime par un homme qui était clairement conscient des dangers auxquels il faisait face, mais qui n'en a pas moins choisi de parler fort, même par-delà la mort », dit le jury. « Lasantha Wickrematunge continue d'inspirer les journalistes partout dans le monde. »

L'UNESCO fait remarquer que la communication au-delà des barrières culturelles est aussi cruciale en temps de paix qu'en temps de guerre. C'est pourquoi, pendant la conférence internationale de deux jours à Doha, les participants vont se pencher sur le rôle que peuvent jouer les médias dans le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle en éradiquant le discours haineux, l'ignorance et les préjugés.

Les médias peuvent non seulement servir à promouvoir la tolérance et l'acceptation de la différence, dit Matsuura, ils peuvent aussi abattre « l'ignorance qui nourrit la méfiance et la suspicion », et ébranler « les attitudes et les stéréotypes qui ont cours au sujet d'autres cultures, d'autres religions et d'autres peuples. »

Dans le sillage de la résolution sur la « diffamation des religions » adoptée au Conseil des Nations Unies sur les droits de l'homme et de la colère persistante à la suite de la controverse qui a entouré les caricatures danoises, le rôle particulier des médias dans la promotion du dialogue inter-confessionnel et de la compréhension mutuelle s'avère être un sujet approprié.

Et qu'en est-il des journalistes eux-mêmes? La nécessité d'une auto-régulation et de normes éthiques élevées, surtout en période de conflit, sera aussi au coeur du dialogue. L'Institut des médias d'Afrique australe (Media Institute for Southern Africa, MISA), par exemple, met à profit cette Journée mondiale de la liberté de la presse pour appeler tous les médias dans la tourmente au Zimbabwe et en Zambie à mettre sur pied des mécanismes d'auto-réglementation. « Des tels efforts… ne visent pas à mettre les médias à l'abri de la critique ou à empiéter sur l'indépendance de la rédaction, mais en fait rehaussent l'interaction des médias avec leur public, et rehaussent également le professionnalisme des médias », fait valoir le MISA.

Au moment où nous célébrons la Journée mondiale de la liberté de la presse 2009, le thème de cette année, médias, dialogue et compréhension mutuelle saisit avec justesse la situation idéale à laquelle aspirent et pour laquelle travaillent bien des gens dans les médias. Au Sri Lanka, les membres de l'IFEX continuent d'exiger qu'on autorise les médias à fournir cet espace vital où des vues divergentes peuvent s'exprimer et où le dialogue peut commencer - fondement essentiel de la réconciliation et de la reconstruction. Matsuura nous rappelle qu'« une presse libre n'est pas un luxe qui peut attendre des temps plus pacifiques. Une presse libre fait plutôt partie du processus même par lequel la réconciliation et la reconstruction peuvent se réaliser. »

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

RT @cchrcambodia: #HRD and land activist #TepVanny has been released tonight, after more than 2 years of unjust imp… https://t.co/dNfBmm7rkN