RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Freedom House examine en profondeur l'autoritarisme

Freedom House, en collaboration avec Radio Free Europe/Radio Liberty et Radio Free Asia, vient de publier un rapport d'enquête majeur sur la façon dont les dictatures contrôlent l'information et les raisons pour lesquelles elles s'en tirent.

Point culminant d'une étude qui a duré deux ans, le rapport, intitulé « Undermining Democracy: 21st Century Authoritarians » (Saper la démocratie : Les autoritaires du XXIe siècle), raconte comment cinq des États autoritaires les plus influents du monde - la Chine, la Russie, l'Iran, le Venezuela et le Pakistan - s'emploient activement à subvertir des mouvements démocratiques, censurant sévèrement les informations auxquelles leurs citoyens peuvent avoir accès et intimidant les journalistes et la société civile.

Au Venezuela, par exemple, les médias privés sont obligés de retransmettre 70 minutes de publicité gouvernementale gratuite par semaine, tandis qu'une « loi de responsabilité sociale » fait un acte criminel pour les médias d'émettre des informations réputées irrespectueuses des hauts dignitaires. En Iran, les blogueurs en ligne sont régulièrement jetés en prison; la presse électronique intérieure est étroitement surveillée. En Russie, le Kremlin administre, directement ou indirectement, la production journalière de la plupart des grands journaux, tandis que 20 stations affiliées à Radio Free Europe ont fermé leurs portes depuis 2005, la plupart à la suite de pressions politiques.

En même temps, les régimes autoritaires d'aujourd'hui ont également recours à des tactiques moins agressives, usent de tactiques de coulisse pour limiter la démocratie et la libre expression. Par exemple, les gouvernements injectent de l'argent dans des entreprises de médias appartenant à l'État, dont l'envergure est mondiale, et offrent aux entreprises de médias qui ne s'écartent pas de la ligne d'alléchants incitatifs commerciaux.

Sur un plan plus général, le rapport fait valoir que les cinq pays trouvent leur force dans le nombre en créant aux Nations Unies des « coalitions spéciales » qui agissent comme contre-poids aux groupes qui promeuvent les droits de la personne et la démocratie.

Le ton voilé du document de 93 pages est que, tandis que les gouvernements démocratiques concentrent leur attention sur la sécurité et les questions économiques, les violations des droits de la personne par les pays autoritaires se poursuivent sans entraves et, par conséquent, les pays qui épousent des valeurs anti-démocratiques étendent leur influence.

Undermining Democracy: 21st Century Authoritarians

Dernier Tweet :

Last week with @misazimbabwe - private media temporarily banned from Commission of Inquiry’s public hearings; repor… https://t.co/AMN8wbxKce