RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les journalistes et l'environnement : Une nouvelle guerre

Le travail de journaliste d'enquête et de militant environnementaliste présente une menace pour bien des compagnies, groupes du crime organisé, gouvernements et divers intermédiaires qui profitent des abus de l'environnement, indique un nouveau rapport de Reporters sans frontières (RSF). Comme les préoccupations environnementales compliquent des plans lucratifs, les journalistes sont parfois perçus comme des ennemis à éliminer physiquement.

Le rapport, intitulé « Journaliste environnementaliste, un combat périlleux », se penche sur 13 affaires de journalistes et de blogueurs qui ont été tués, agressés, emprisonnés, menacés ou censurés pour avoir couvert des questions environnementales. Il attire l'attention sur la nécessité d'une presse libre pour apporter une couverture détaillée des défis écologiques afin d'inciter les décideurs à agir.

Dans le sud de la Chine, les journalistes étrangers sont expulsés de villages où la plupart des ordinateurs du monde jetés au rebut sont démontés d'une manière désastreuse pour l'environnement. En Russie, le journaliste Mikhaïl Beketov a été tabassé jusqu'au seuil de la mort par des hommes de main du gouvernement local qui n'appréciait pas sa couverture d'un plan en vue de construire une autoroute à travers une forêt. Au Brésil, le rédacteur Lúcio Flávio Pinto a publié une série de reportages sur la déforestation de l'Amazonie; il doit maintenant répondre à 33 poursuites judiciaires intentées contre lui.

Le rapport couvre également l'affaire du journaliste philippin Joey Estriber, porté disparu depuis 2006, après avoir critiqué la coupe de bois intensive effectuée par des compagnies alliées au gouvernement. Il avait participé à une campagne pour faire retirer leurs permis à neuf compagnies.

Pour soutenir ces journalistes, que le groupe appelle « les gardiens de notre planète », RSF vient de publier un nouvel album de photographies : « 100 photos de Nature pour la liberté de la presse », qui contient une entrevue avec la primatologue britannique Jane Goodall. L'album présente quelques-unes des meilleures photos jamais prises par Minden Pictures, une agence renommée pour l'extraordinaire qualité de ses photos de la nature et de la faune sauvage.

Journaliste environnementaliste, un combat périlleux

Dernier Tweet :

Were Romanian police ordered to target journalists at anti-corruption protest?https://t.co/rRgMGEQpme… https://t.co/88DYuy5xm8