RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le CPJ offre une base de données sur les journalistes tués

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) vient de créer une base de données à plusieurs volets sur environ 760 journalistes tués depuis 1992.

Cette vaste analyse statistique comprend des renseignements sur certaines positions précises des médias, le sexe, le type de décès et le degré d'impunité lié à ces décès. Les sujets les plus couverts par ces journalistes comprennent la corruption (21 pour 100), la politique (36 pour 100) et la guerre (36 pour 100). La majorité d'entre eux ont été assassinés directement à cause de leur travail, tandis que 18 pour 100 l'ont été dans des combats et que 10 pour 100 sont morts en raison d'une affectation dangereuse. Les tueurs ont bénéficié de l'impunité la plus totale dans 88 pour 100 des cas.

Dans cette base de données, il est possible de peaufiner sa recherche sur un pays en particulier et d'accéder ainsi à des statistiques locales. Par exemple, dans une liste des 20 pays les plus meurtriers, l'Irak arrive au premier rang avec 140 journalistes tués. Les données indiquent que 99 pour 100 des journalistes irakiens sont des hommes et que 87 pour 100 des auteurs présumés appartiennent à des groupes politiques. La majorité de ces journalistes travaillaient pour la télévision et neuf pour cent des victimes de meurtre ont été torturés, alors que 99 pour 100 des tueurs ont bénéficié de l'impunité la plus complète.

On présente un profil détaillé de 33 journalistes tués en 2009. Journalistes abattus, enlevés, torturés pour avoir critiqué l'extrémisme, pour avoir contesté les abus de pouvoir, les profils révèlent ce qu'ils ont subi pour protéger la libre parole démocratique. Au Nigéria, le rédacteur Bayo Ohu, 45 ans, enquêtait sur des affaires de fraude lorsqu'il a été assassiné. Au Népal, la journaliste de 27 ans Uma Singh a succombé à de multiples coups de couteau; elle était une voix critique des maoïstes et leur reprochait le meurtre de deux membres de sa famille.

Base de données du CPJ sur les journalistes tombés

Dernier Tweet :

Más de 1.000 violaciones a la libertad de expresión en #Venezuela en 2017. Ayudanos a difundir el informe anual de… https://t.co/cQNNpxEm7A