RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le WiPC lance un appel à la solidarité avec les écrivains persécutés

Afin de marquer la Journée de l'Écrivain en prison le 15 novembre, le Comité des écrivains en prison du PEN International (Writers in Prison Committee of International PEN, WiPC) attire l'attention sur la situation de certains écrivains incarcérés et rend hommage à ceux qui ont été assassinés pour avoir défendu la liberté de parole. Le WiPC invite tous les activistes et les écrivains à faire preuve de solidarité au nom des écrivains persécutés en lançant des appels aux autorités. Cette année, le WiPC braque les projecteurs sur cinq personnes d'un peu partout à travers le monde.

Le WiPC vous prie de venir en aide de toute urgence à deux dissidents qui risquent de lourdes peines de prison.

L'écrivain chinois Liu Xiaobo, ancien président et actuel membre du bureau du Centre chinois indépendant du PEN International, est détenu depuis le 8 décembre 2008 pour avoir pris la défense d'une réforme politique et de la protection des droits de la personne. Il a été inculpé en juin 2009 d'« incitation à la subversion du pouvoir d'État ». S'il est reconnu coupable, il risque jusqu'à 15 ans de prison. Il a bénéficié d'un accès limité à un avocat et à sa famille. Il a de longs antécédents de militantisme en faveur des droits de la personne et il a été harcelé, arrêté, emprisonné et censurée à de multiples reprises. Liu Xiaobo a d'abord reçu l'appui du PEN International en 1989 après avoir été arrêté pour avoir protesté sur la place Tian'anmen.

L'autre dissident emprisonné sur lequel le WiPC concentre son attention est le chanteur/parolier Lapiro de Mbanga, détenu depuis avril 2008 et condamné à verser une amende de 640 000 $US pour avoir écrit une chanson critique à l'égard du président Paul Biya du Cameroun. Il purge actuellement une peine de trois ans de prison pour sa complicité alléguée dans des émeutes antigouvernementales. On a appris en octobre qu'il était atteint de fièvre typhoïde.

Le WiPC continue aussi à défendre Maziar Bahari, journaliste, dramaturge et cinéaste ayant la double citoyenneté, iranienne et canadienne, détenu pendant la répression des médias qui a suivi les élections présidentielles de juin en Iran. Après quatre mois à la prison Evin de Téhéran, il a été relâché sous caution le 17 octobre. Bien qu'il soit maintenant au Royaume-Uni, Bahari est toujours sous le coup d'inculpations.

La campagne du 15 novembre constitue aussi un effort en vue de se rappeler les journalistes tués et d'attirer l'attention sur les dangers que continuent de courir leurs collègues. La journaliste russe Natalya Estemirova a été enlevée de son appartement de Groznyï, en Tchétchénie, et assassinée en juillet de cette année. Son corps a été retrouvé en Ingouchie voisine. Elle débusquait des affaires de violations massives des droits de la personne et était, pour les autres journalistes et organisations de défense des droits de la personne, l'unique source fiable d'information sur la Tchétchénie. Au Mexique, Miguel Ángel Gutiérrez Ávila, un anthropologue, auteur et défenseur des droits des Autochtones, a été battu à mort en juillet 2008 dans l'État de Guerrero.

Veuillez envoyer vers le 15 novembre vos appels sur ces affaires aux autorités appropriées, ainsi qu'à l'ambassade concernée dans votre propre pays. Parmi les autres suggestions d'actions, il y a l'organisation d'une pétition que vous pouvez faire parvenir le 15 novembre à l'ambassade du pays concerné, avec une lettre pour demander une audience avec l'ambassadeur, ou l'organisation d'une campagne de signatures pour que des écrivains éminents, des personnalités des médias et autres ratifient un appel. Les lettres aux journaux, les marches non violentes ou encore un événement lors duquel sont lues des oeuvres d'écrivains emprisonnés, auxquels la presse est invitée, sont également possibles. Veuillez communiquer avec le WiPC si vous obtenez une réponse positive.

Pour plus de renseignements sur chacune de ces affaires et pour savoir où faire parvenir vos appels précis, prière de communiquer avec Sara Whyatt ou Tamsin Mitchell, au tél. : + 44 (0) 20 7405 0338, ou par courriel : sara.whyatt (@) internationalpen.org.uk ou tamsin.mitchell (@) internationalpen.org.uk

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Aidez à faire libérer un chansonnier emprisonné

    Freemuse, une organisation de défense de la libre expression pour les musiciens et les compositeurs, vous demande votre appui afin d'aider le chanteur-compositeur dissident Lapiro de Mbanga, emprisonné en 2008 et condamné à 640 000 $US pour avoir écrit une chanson critique du président Cameroun Paul Biya.

  • Un journaliste est libéré sous caution; la répression se poursuit

    Le journaliste Maziar Bahari a été remis en liberté sous caution le 17 octobre, après avoir passé 120 jours à la prison Evin de Téhéran, selon ce que rapportent Reporters sans frontières (RSF) et le groupe des Journalistes canadiens pour la liberté d'expression (CJFE).



Dernier Tweet :

Vietnamese journalist Do Cong Duong convicted again for Facebook posts that reportedly criticize government corrupt… https://t.co/8ac41a2SjJ