RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les journalistes pigistes peuplent les cellules des prisons, dit le recensement des prisons réalisé par le CPJ

Les pigistes représentent 45 pour 100 de tous les journalistes en prison, selon ce que rapporte le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) dans son recensement des prisons de 2009. Au 1er décembre, Le CPJ recensait en tout 136 reporters, rédacteurs et photojournalistes derrière les barreaux, soit onze de plus que le bilan de 2008. Au moins 60 pigistes se trouvent derrière les barreaux, soit le double d'il y a trois ans.

La Chine est le pire geôlier de journalistes, dit le CPJ. L'Iran, Cuba, l'Érythrée et la Birmanie constituent le groupe de tête d'une liste de 26 pays qui emprisonnent les journalistes. Les pigistes sont particulièrement vulnérables à l'incarcération parce qu'ils ne bénéficient pas du soutien juridique et financier d'une entreprise de presse. Aussi, à mesure qu'ils réduisent leurs coûts, les organes d'infoormations comptent sur les pigistes pour assurer la couverture internationale. La montée du journalisme en ligne a aussi donné naissance à une nouvelle génération de reporters qui publient de leur côté.

Au moins 68 blogueurs, reporters travaillant sur le web et rédacteurs en ligne sont en prison, et représentent donc la moitié de tous les journalistes actuellement incarcérés. Et au moins 51 reporters de la presse écrite, rédacteurs et photographes sont en prison, les journalistes de la télévision et de la radio composant le reste du peloton. L'accusation portée le plus fréquemment est celle de sédition. Par ailleurs, les gouvernements contournent de plus en plus les voies de droit régulières dans le cas des journalistes détenus et ne portent aucune accusation. Au moins 20 journalistes sont détenus en des lieux secrets.

En Chine, 22 des 24 journalistes emprisonnés sont pigistes. Cela inclut Dhondup Wangchen, un cinéaste documentariste détenu depuis 2008 pour avoir filmé des séquences au Tibet.

En Érythrée, le gouvernement refuse de dire si les détenus sont toujours vivants. Il y a 19 journalistes détenus dans le goulag des prisons érythréennes dispersées à travers le pays.

En Iran, la plupart des journalistes actuellement en prison ont été ramassés lors de la dernière vague de répression, qui a suivi les élections. La moitié des détenus se compose de journalistes en ligne.

La plupart des 22 écrivains et rédacteurs en prison à Cuba ont été cueillis lors de la brutale vague de répression de Fidel Castro en 2003. Un grand nombre d'entre eux ont vu décliner leur santé à cause de conditions de détention inhumaines et malsaines.

Il y a neuf journalistes incarcérés en Birmanie. Un vidéojournaliste connu sous le pseudonyme « T », qui couvrait sur place l'actualité pour l'organisation de médias Democratic Voice of Burma, basée à Oslo, est détenu parce qu'il a participé à un documentaire intitulé « Orphans of the Burmese Cyclone » (Les orphelins du cyclone birman).

Les journalistes de la presse écrite et de l'Internet fournissent le gros du recensement. Dans d'autres cas, des journalistes sont accusés d'avoir contrevenu aux règles du recensement ou sont inculpés de délits qui n'ont rien à voir avec le journalisme, comme des violations à la réglementation ou des accusations de possession ou de trafic de drogue. Au cours de la dernière année, le travail du CPJ a contribué à la libération d'au moins 45 journalistes emprisonnés.

Dernier Tweet :

Periodistas de América Latina reflexionaron en torno a los riesgos del ejercicio periodístico y la lucha contra la… https://t.co/RsJyAfLdX1