RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des membres de l'IFEX saluent un expert des Nations Unies sur la liberté d'assemblée et d'association

Le rapporteur spécial pourrait être invité à traiter des manifestations de protestation comme celle-ci, après les élections en Iran
Le rapporteur spécial pourrait être invité à traiter des manifestations de protestation comme celle-ci, après les élections en Iran

Socialist Alliance

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies vient d'adopter une résolution qui crée un expert des Nations Unies chargé de rapporter comment les pays font la promotion de la liberté d'assemblée et d'association. Cette décision réjouit des organisations comme ARTICLE 19, Freedom House, l'Institut du Caire pour les études sur les droits de la personne (Cairo Institute for Human Rights Studies, CIHRS) et d'autres groupes membres de l'IFEX. Cette résolution charnière le poste de rapporteur spécial des Nations Unies, lequel effectuera de la recherche et de la surveillance sur les restrictions et les attaques grandissantes contre les organisations de la société civile et les associations politiques partout dans le monde, et fera rapport sur celles-ci.

L'expert aura un mandat de trois ans; il rapportera ses constatations au Conseil et formulera des recommandations de meilleures pratiques.

Soixante-trois États de chacune des régions du monde ont parrainé conjointement cette résolution, en dépit des préoccupations soulevées par la Chine, la Russie, Cuba, la Libye et le Pakistan.

« Restreindre la liberté d'association et d'assemblée pour étouffer les voix dissidentes est devenu une tactique préférée des régimes autoritaires », dit Freedom House. « Les rapporteurs spéciaux demeurent les outils les plus importants de l'ONU pour la promotion et la protection des droits de la personne. »

La résolution invite en outre les gouvernements à respecter le droit des individus et des organisations non gouvernementales à se rassembler de manière non violente et à s'associer librement, par exemple dans des élections ou dans des syndicats.

Les protestations qui ont suivi les élections en Iran, les manifestations politiques à Moscou et les marches des femmes dissidentes à Cuba constituent le genre de sujets que l'on devrait s'attendre à voir les experts couvrir, a déclaré aux reporters l'ambassadrice des États-Unis, Eileen Donahoe, après l'adoption de la résolution.

Dans ses deux derniers rapports sur l'organisme onusien de défense des droits de la personne, Freedom House a invité le Conseil des droits de l'homme à créer le poste de rapporteur spécial sur la liberté d'association.

« L'adoption de cette résolution démontre que le travail acharné accompli par les États-Unis et d'autres pays qui appuient les droits fondamentaux de la personne peut réaliser des succès importants et surmonter le bloc régional des votes préjudiciables qui a marqué dans le passé un grand nombre des actions du Conseil », dit Freedom House. « Nous espérons voir à l'avenir des gestes plus positifs comme celui-ci. »

Dernier Tweet :

Pakistan’s pioneering safety bill remains flawed. "From what has been presented to the public so far, the bill does… https://t.co/0XAI34DObN