RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste iranien emprisonné reçoit la Plume d'Or de la Liberté de l'AMJ-IFRA

Le journaliste iranien emprisonné Ahmad Zeid-Abadi est le lauréat de 2010 de la Plume d’Or de la Liberté, décernée par l’AMJ-IFRA.
Le journaliste iranien emprisonné Ahmad Zeid-Abadi est le lauréat de 2010 de la Plume d’Or de la Liberté, décernée par l’AMJ-IFRA.

WAN-IFRA

Un journaliste iranien jeté en prison après l'élection présidentielle fortement contestée de l'an dernier, Ahmad Zeid-Abadi, s'est vu décerner la Plume d'Or de la Liberté 2010, le prix annuel de la liberté de la presse de l'Association mondiale des journaux et des éditeurs de nouvelles (AMJ-IFRA).

Zeid-Abadi, qui purge une peine de six ans de prison pour avoir comploté le renversement du gouvernement, a reçu un hommage la semaine dernière lors d'une cérémonie qui s'est déroulée au Forum mondial des éditeurs à Hambourg, en Allemagne, pour « ses actions courageuses devant la persécution et pour sa contribution exceptionnelle à la défense et à la promotion de la liberté de la presse ».

Zeid-Abadi figurait parmi au moins 110 journalistes arrêtés à la suite de la réélection contestée du Président iranien Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. Au moins 23 d'entre eux sont toujours derrière les barreaux, environ un cinquième de tous les journalistes emprisonnés dans le monde, dit l'AMJ-IFRA.

La récompense a été acceptée par Akbar Ganji, lauréat de la Plume d'Or de 2006, lui aussi emprisonné par le régime iranien.

« Je ne doute pas que si Ahmad Zeid-Abadi était ici avec nous, il partagerait l'honneur de cette prestigieuse récompense avec les autres prisonniers politiques. On doit interpréter ces prix comme un appui éthique et moral aux activistes démocratiques qui sont déterminés à défendre la liberté et les droits de la personne », a déclaré Ganji lorsqu'il a accepté la récompense.

Universitaire et commentateur politique autant que journaliste, Zeid-Abadi est connu pour une lettre ouverte qu'il a écrite de sa prison en 2000 afin de protester contre le traitement judiciaire des journalistes emprisonnés. La lettre a été largement distribuée en dépit des tentatives des autorités pour en supprimer la publication.

En présentant le prix, l'AMJ-IFRA a formulé une résolution qui demande la libération de tous les journalistes incarcérés en Iran.

Au forum, le bureau a aussi adopté des résolutions pour demander : aux gouvernements africains d'abolir immédiatement les lois sur la diffamation et l'insulte criminelles; au Président Jacob Zuma d'Afrique du Sud et à son parti de retirer une proposition en faveur d'un Tribunal des médias désigné par le gouvernement, et de retirer le projet de loi sur la protection de l'information, ce qui permettrait aux officiels de classifier les documents comme « confidentiels » selon des critères vagues; au gouvernement de Bahreïn de mettre fin à sa récente vague de censure en ligne, aux arrestations et à l'intimidation des journalistes; et à la Présidente de l'Argentine Cristina Kirchner de s'assurer que le gouvernement fait marche arrière et mette fin à ses mesures récentes qui minent la presse indépendante en Argentine, comme la distribution de fonds publicitaires officiels aux médias favorables au gouvernement.

L'AMJ-IFRA se sert également du forum comme rampe de lancement de sa revue annuelle de la situation de la liberté de la presse. Dans son rapport, l'AMJ-IFRA indique qu'au moins 56 journalistes ont été tués jusqu'à maintenant cette année et qu'au moins 120 employés des médias ont été jetés en prison.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Uzbekistan must release journalist Bobomurod Abdullaev and investigate torture allegations https://t.co/VaHNa4c0cb… https://t.co/ddWSNmU1mz