RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Aidez à déterminer où se trouvent les serveurs BlackBerry

Qui surveille votre BlackBerry ? Grâce au groupe canadien de recherche Infowar Monitor, vous pouvez contribuer à le savoir. Avec la découverte récente que les gouvernements exigent d'avoir accès aux données encryptées de BlackBerry et à d'autre contenu, Infowar invite les utilisateurs du BlackBerry à participer au Projet Rim Check à http://rimcheck.org/ pour savoir exactement « qui a accès à quoi ».

Cet été, les Émirats arabes unis (EAU) et un certain nombre d'autres gouvernements ont menacé d'interdire les services afférents à l'appareil BlackBerry de la société Research in Motion (RIM) si l'entreprise ne leur rendait pas accessibles les données encryptées de BlackBerry et d'autres contenus. Une des préoccupations majeures de ces régimes, c'est que les données sur BlackBerry peuvent être encryptées et transmises par des serveurs situés à l'extérieur de leur juridiction - ce qui en rend l'examen presque impossible.

La rumeur veut que RIM ait conclu des ententes de partage de données avec l'Inde, l'Arabie saoudite et les EAU. D'autres pays exigent aussi que la compagnie installe des centres de traitement des données dans leur juridiction.

C'est alors qu'entre en scène le Projet Rim Check, qui surveillera le flux des transmissions des données de BlackBerry et aidera les recherchistes de Infowar à déterminer l'emplacement des serveurs de RIM - et verra si RIM a effectivement consenti à quelque concession.

Le site amasse automatiquement certaines de vos informations, comme votre adresse IP. Entre autres options, on vous demande de préciser dans quel pays vous vous trouvez, quel type de service BlackBerry vous utilisez, et le nom et l'emplacement de votre fournisseur.

Le projet est né « d'une nécessité largement répandue de surveiller les activités de certains acteurs du secteur privé qui possèdent et exploitent le cyberespace, en particulier au moment où ils subissent des pressions de plus en plus fortes pour coopérer avec certains gouvernements à des lois nationales sur la surveillance et la censure », ont indiqué les auteurs du projet à Reporters sans frontières (RSF), qui appuie ce projet.

Infowar Monitor est un partenariat entre le fameux « Citizen Lab » de l'Université de Toronto, un centre de recherche technologique avec un intérêt pour les droits de la personne, et le SecDev Group, une boîte à idées basée à Ottawa.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
Ressources additionnelles


Dernier Tweet :

We're delighted to hear the news from #Cambodia that #TepVanny has finally been released after spending over 2 year… https://t.co/Z03TxQYp4k