RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le réseau de l'IFEX compte maintenant 95 membres

FUNDAMEDIOS (Équateur), l’IPYS-Venezuela, ADC (Argentine), le CCHR (Cambodge) et Freedom Forum (Népal) adhèrent au réseau de l’IFEX.
FUNDAMEDIOS (Équateur), l’IPYS-Venezuela, ADC (Argentine), le CCHR (Cambodge) et Freedom Forum (Népal) adhèrent au réseau de l’IFEX.

Natasha Grzincic

L'Échange international de la liberté d'expression (IFEX) a accueilli sept nouveaux membres cette semaine lors de son assemblée générale qui s'est tenue à Beyrouth, au Liban, faisant ainsi passer à 95 le nombre des membres du réseau. L'accroissement du nombre de ses membres fait de l'IFEX un réseau « véritablement international par l'envergure de son travail et par la diversité de ses effectifs », a déclaré Edetaen Ojo, du groupe nigérian Media Rights Agenda (MRA), qui a été réélu au poste de Président du Conseil de l'IFEX. « En définitive, cela ne peut que rehausser notre aptitude à travailler plus efficacement dans le monde. »

D'abord les Amériques : la Fondation andine pour l'observation et l'étude des médias (Andean Foundation for the Observation and Study of the Media, FUNDAMEDIOS) a rapporté en 2010 151 violations dans le monde des médias et 75 jusqu'à maintenant cette année - dont un grand nombre ont trait à des journalistes incarcérés pour des motifs anodins ou condamnés à des amendes qui relèvent de l'extorsion, souvent avec le soutien du Président. Allez consulter les impressions de FUNDAMEDIOS comme nouveau membre sur le blogue de la conférence de l'IFEX à : http://ifexgm2011.wordpress.com/author/cesarifex/
Veuillez aussi consulter l'action commune de la conférence de l'IFEX sur « les conditions d'hostilité extrême » dans lesquelles doivent travailler les médias équatoriens : http://www.ifex.org/ecuador/2011/05/31/end_attacks/
http://www.fundamedios.org/home/index.php

En Argentine, l'Association pour les droits civils (ADC) travaille sur de nombreux aspects légaux de la libre expression, comme la réglementation des médias, l'accès à l'information et la censure indirecte au moyen de la publicité gouvernementale. Le plus impressionnant sans doute, c'est le travail qu'elle accomplit dans sa campagne en faveur du droit à une loi appropriée d'accès à l'information, actuellement devant le Congrès. http://www.adc.org.ar/

L'Instituto Prensa y Sociedad de Venezuela (IPYS-Venezuela) vous apporte les dernières nouvelles sur ce qui se passe au Venezuela - surtout en tant qu'unique membre de l'IFEX dans le pays. L'organisation se prépare à la Revue périodique universelle du Venezuela en octobre prochain. http://www.ipys.org.ve/

L'Association nationale de la presse (ANP) de Bolivie est la seule organisation de défense de la liberté de la presse dans le pays à disposer d'une unité de surveillance dotée de correspondants répandus à travers le pays. En conséquence, l'ANP jouit d'une forte présence dans les médias - notamment par sa campagne au sujet de la loi sur la lutte contre le racisme et la discrimination. http://www.anpbolivia.com/

En Asie, le Centre des droits de la personne du Cambodge (Cambodian Center for Human Rights, CCHR) est un leader dans le domaine de la liberté d'expression, surtout lorsque vient le temps de défendre et de protéger les critiques du gouvernement contre les poursuites en diffamation - problème majeur dans ce pays.
http://www.cchrcambodia.org/

Freedom Forum attire pour sa part l'attention du monde sur les violations de la liberté de la presse, celles entre autres des droits de la personne au Népal. Taranath Dahal préside non seulement le groupe Freedom Forum, mais il a lui-même fait dans le passé les manchettes de l'IFEX : il a été menacé à cause de son travail de défenseur des journalistes et a dû entrer dans la clandestinité lorsque l'état d'urgence a été proclamé au Népal en 2005. http://www.freedomforum.org.np/content/index.php

Et en Afrique, le Réseau des droits de la personne pour les journalistes (HRNJ-Ouganda) (Human Rights Network for Journalists-Uganda, HRNJ-Uganda) se porte activement à la défense des journalistes qui ont subi les attaques des forces de sécurité pendant les récentes manifestations contre la spirale croissante des prix des aliments et de l'essence, manifestations qui se sont exprimées par des « marches au travail ». Le groupe HRNJ a aussi vécu des temps difficiles : les forces de sécurité ont empêché un de ses membres de se rendre à temps à la conférence de l'IFEX. Lire les réflexions de l'intéressé sur le blogue de la conférence de l'IFEX à : http://www.hrnjuganda.org/

Dernier Tweet :

Malaysia’s new government urged to implement media reforms https://t.co/XOm3oMWjNO "Legislative reform must go hand… https://t.co/FNzIKPWkUJ