RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les témoignages en provenance de Bahreïn ont mis en lumière la meilleure conférence que l'IFEX ait jamais eue

Les membres de l'IFEX à l'Assemblée générale et à la Conférence de définition de stratégie de l'IFEX, 30 mai - 3 juin 2011, à Beyrouth
Les membres de l'IFEX à l'Assemblée générale et à la Conférence de définition de stratégie de l'IFEX, 30 mai - 3 juin 2011, à Beyrouth

Melanie Pinlac

Les forces de sécurité ont empêché Nabeel Rajab, membre de l'IFEX, président du Centre des droits de la personne de Bahreïn (Bahrain Center for Human Rights, BCHR), de participer en personne à l'Assemblée générale et à la Conférence de définition de stratégie de l'IFEX la semaine dernière à Beyrouth. Mais elle n'ont pu l'empêcher de parler, au moyen de Skype, des violations récentes des droits de la personne à Bahreïn, ni les membres et partenaires de l'IFEX qui écoutaient de mettre sur pied une mission internationale qui ira à Bahreïn dans les prochains jours. Ce n'est là que l'un des nombreux faits saillants de la conférence de 2011 de l'IFEX.

Le gouvernement bahreïni avait empêché Rajab de prendre l'avion le 29 mai pour aller joindre ses collègues de l'IFEX à Beyrouth. Maryam al-Khawaja, qui dirige le service des relations étrangères du BCHR, a annulé son voyage après avoir reçu des menaces de mort.

Ses collègues défenseurs de la libre expression et des droits de la personne ont plutôt préféré se rassembler le 2 juin pour un appel-conférence de 40 minutes, au cours duquel Rajab les a remerciés de leur appui et a salué les plans en vue d'envoyer dans les prochains mois à Bahreïn une mission composée de membres de l'IFEX et d'autres groupes que la situation préoccupe.

Rajab les a en outre mis à jour en ce qui concerne les rondes d'arrestations, de détentions, d'agressions et de menaces qui ont précédé et suivi le 1er juin, soit lorsque le Roi a annulé l'état d'urgence et appelé à un « dialogue national » sur les réformes.

« Comment peut-il y avoir un dialogue lorsque les gens, même ce matin, sont détenus ? », a-t-il demandé. Si le gouvernement est sérieux à propos du dialogue, il doit « cesser de persécuter les gens parce qu'ils font leur travail de défense des droits de la personne, permettre aux journalistes de publier librement, mettre fin aux interdits sur les blogues », a-t-il ajouté.

Rajab a remercié les membres de l'IFEX à plusieurs reprises pour avoir braqué les projecteurs sur Bahreïn lorsque d'autres organisations internationales ont omis de le faire : « Nous sommes les victimes de l'Occident qui se refuse à critiquer le gouvernement de Bahreïn, même s'il critique la Libye et même s'il a appuyé les révolutions en Égypte ou en Tunisie. »

« Votre appui, c'est comme de l'oxygène pour nous, c'est de l'espoir pour nous. Cela soutien notre moral », a-t-il dit.

Voici d'autres faits saillants de la conférence :

L'IFEX a profité de sa présence à Beyrouth pour inscrire le contexte arabe actuel dans toute la conférence. Lors de la séance inaugurale, « Les Nombreuses saisons du Printemps arabe », la populaire écrivaine Naziha Rejiba de Tunisie s'est jointe à la célèbre journaliste et blogueuse Nora Younis d'Égypte et à Khalid Ibrahim, de Frontline Defender, pour débattre de l'évolution ultérieure des soulèvements du Printemps arabe. Certains avaient une perspective plus positive que d'autres.
http://ifexgm2011.wordpress.com/2011/06/01/day-one-strategy-conference-off-to-a-good-start/

Pour sa part, Danny O'Brien, du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), a dirigé une séance sur les menaces émergentes en ligne qui sont dirigées contre les journalistes, séance qui a concentré son travail sur la façon dont les régimes répressifs exercent la cybercensure, la surveillance et autres formes de contrôle - tout particulièrement en Chine et en Égypte. Il s'est penché également sur des mesures susceptibles d'être prises afin de faire échouer le filtrage de l'Internet, en faisant remarquer qu'il faudrait recourir à des outils différents selon la situation.
http://cpj.org/fr/2011/05/les-dix-outils-de-repression-en-ligne.php

L'expert en médias Aidan White a agi comme modérateur dans une discussion sur l'éthique des médias dans un monde de conflits et de crises, à laquelle ont participé des intervenants du Liban, du Pérou et du Sénégal, et a conclu que « nous ne devons jamais lâcher la bride aux gouvernements quant à l'éventail des menaces auxquelles font face les journalistes, mais bien des problèmes d'éthique qui surviennent dans les salles de nouvelles sont volontaires ».
http://ifexgm2011.wordpress.com/author/aidanifex/

L'avocat Peter Noorlander a apporté de l'« ordre au tribunal »; il a agi comme facilitateur d'une séance où on s'est penché sur des approches efficaces que les membres de l'IFEX ont prises pour suivre de près des procès contre des journalistes et d'autres défenseurs de la libre expression - avec présentation d'exemples réels en provenance d'Afrique de l'Ouest, d'Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.

Une conférence vidéo dynamique a relié des experts de la liberté de l'information de la Banque mondiale, du Carter Center et de l'Open Democracy Advice Centre d'Accra, au Ghana, dont le siège est en Afrique du Sud, à des participants à Beyrouth pour la tenue d'un talk show dirigé par Helen Darbishire du groupe Access Info Europe. Ces intervenants ont souligné l'importance de l'accès à l'information - notamment la nécessité d'une solide législation garantissant le droit tant des journalistes que des citoyens à l'information que détiennent les organismes publics. Vérifiez le coffre à outils d'Access Info sur les fuites juridiques (Legal Leaks Toolkit) qui offre un guide par étapes sur la façon de déposer dans votre pays une demande d'accès à l'information.
http://www.legalleaks.info/toolkit.html

Sur le marché, les séances de Tactical Tech sur la transformation de l'information en « info-activisme » dans vos campagnes et la sécurité en ligne (avec des trucs plus évidents que d'autres, comme ne pas laisser de mots de passe sur des papillons adhésifs), ont reçu les acclamations générales.
http://www.tacticaltech.org/10tactics
http://security.ngoinabox.org/fr/

Les membres de l'IFEX ont prêté leur voix à un certain nombre d'actions conjointes, par exemple attirer l'attention sur le sort des prisonniers politiques en Birmanie et inviter le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la protection et la promotion du droit à la liberté d'opinion et d'expression, Frank La Rue, à se rendre au Sri Lanka.
http://ifexgm2011.wordpress.com/2011/06/07/from-beirut-ifex-members-demand-action/

Et tout cela ne constitue qu'un avant-goût ! Pour en savoir plus sur ce qui s'est passé durant la conférence de IFEX, ne manquez pas le blogue de la conférence de IFEX, où les membres de l'IFEX, les journalistes, les défenseurs des droits de la personne et de la libre expression de partout dans le monde ont fait part de ce qu'ils ont vécu à Beyrouth - en quatre langues au moins. À lire ici (il y a aussi des photos !).
http://ifexgm2011.wordpress.com/

Dernier Tweet :

Pakistan disrupts distribution of "Dawn", the country's oldest newspaper https://t.co/DJBGNbM7X6 "Military authorit… https://t.co/00SYjs1dTQ