RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La surveillance gouvernementale effectuée avec l'aide du secteur privé s'accroît, mais il en est de même des stratégies pour la déjouer, indiquent les dépêches

Les gouvernements, avec l'aide de grandes sociétés de communications, intensifient leur censure et leur surveillance de l'Internet et du téléphone, indique Reporters sans frontières (RSF). Mais la mise au point de technologies et de stratégies qui contournent les tactiques des gouvernements donnent raison d'espérer des médias en ligne plus libres, peut-on lire dans un nouveau rapport du Centre canadien pour les études mondiales sur la sécurité et Laboratoire citoyen (Canada Centre for Global Security Studies and Citizen Lab) de l'Université de Toronto, au Canada.

Dans un geste consternant, le fabriquant du Blackberry, la société Research in Motion (RIM), a accepté de donner aux gouvernements l'accès aux données encryptées transmises par ses téléphones intelligents, indique RSF. Récemment, des ententes secrètes ont été signées entre RIM et plusieurs pays, dont l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, après que les autorités de ces pays eurent menacé de suspendre le service. L'Inde et la Russie s'activent à intercepter les courriels de BlackBerry et à craquer les mots de passe des téléphones intelligents, dit RSF.

« Les pressions sur la société RIM s'accroissent depuis qu'elle a fourni aux autorités britanniques des renseignements après les émeutes du mois d'août à Londres, où un tollé a été soulevé après qu'on eut affirmé que les émeutiers utilisaient le service de message texte de BlackBerry pour communiquer entre eux », rappelle RSF.

Sur une note plus optimiste, toutefois, le rapport de l'Université de Toronto se penche sur des efforts importants déployés pour déjouer la censure, notamment sur la mise en oeuvre par la BBC d'un service de site web par procuration en Chine et en Iran.

Le rapport de l'Université de Toronto offre aux radiodiffuseurs des lignes directrices sur la façon de détecter et de contourner le blocage de l'Internet. Entre autres recommandations, le rapport suggère aux radiodiffuseurs de nouvelles d'éduquer leur auditoire sur la façon d'accéder à leur contenu de manière sécuritaire, comment mettre en oeuvre des logiciels et des stratégies de surveillance de la circulation en ligne capables de détecter la censure en temps réel, et comment collaborer avec d'autres compagnies et intervenants universitaires pour transmettre la nouvelle dans des environnements où sévissent des restrictions.

Il devient plus important que jamais d'avoir une stratégie claire pour atteindre des auditoires dont l'Internet est contrôlé, constate le rapport de l'Université de Toronto, qui cite des données de l'OpenNet Initiative (ONI), selon qui plus de 40 pays mettent actuellement en oeuvre un contrôle du contenu sur Internet, alors qu'il n'y en avait qu'une poignée en 2003.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Maldives: Responding to allegations that his government had obstructed the probe into the abduction of blogger Ahme… https://t.co/kFVDzN8VW7