RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Agissez ! Demandez justice dans 23 affaires de meurtres non résolues à l'occasion de la Journée internationale contre l'impunité

Allan De Los Angeles

En ce jour (9 novembre) de 2004, le corps de Dilip Mohapatra, 45 ans, rédacteur en chef du journal « Aji Kagoj » de l'Inde, était découvert sur le bord d'une autoroute. Il présentait une blessure mortelle à la tête, et il avait les mains et les jambes ligotées. À l'époque, les reportages avaient laissé entendre qu'il aurait pu être tué pour avoir publié dans son journal des exposés sur la mafia de la coupe du bois et des narcotiques dans la région, mais le mobile n'a jamais été confirmé.

Ses assassins n'ont toujours pas été identifiés. Allez à daytoendimpunity.org et demandez justice dans cette affaire, ainsi que dans 22 autres affaires d'impunité que l'IFEX met en lumière ce mois-ci jusqu'à la Journée internationale contre l'impunité, le 23 novembre.

Chaque jour de ce mois jusqu'au 23, l'IFEX revèle « 23 meurtres non résolus en 23 jours » : une histoire sur un calendrier virtuel d'un journaliste, d'un écrivain, d'un artiste ou d'un défenseur de la libre expression tué dans l'exercice de leurs fonctions ce jour-là et dont l'affaire demeure non résolue. Participez en agissant sur chaque cas en vous joignant à la communauté internationale et en signant une lettre aux autorités pour exiger une enquête ouverte et immédiate.

Malheureusement, on peut ajouter un autre journaliste au calendrier. Javed Naseer Rind, un écrivain pigiste et ancien rédacteur adjoint du quotidien pro-nationaliste « Tawar », est disparu le 10 septembre, selon ce que rapporte la Fondation de la presse du Pakistan (PPF). On a retrouvé son cadavre le 5 novembre à Khuzdar, au Pakistan. Il présentait des marques de torture. Un confrère journaliste a déclaré à la PPF que Rind était un pigiste qui « écrivait toujours la vérité », ce qui pourrait expliquer son enlèvement et son assassinat.

C'est sans surprise que le Pakistan occupe trois jours du calendrier. Selon la PPF, au moins 32 journalistes ont été tués depuis 2002 au Pakistan à cause de leur travail, soit depuis que le journaliste américain Daniel Pearl a été enlevé et brutalement assassiné. Dix-huit d'entre eux ont été assassinés délibérément parce qu'ils étaient journalistes. Le gouvernement n'a tenu une enquête en profondeur, procédé à des arrestations et obtenu des condamnations que dans le seul cas de Pearl.

Dernier Tweet :

"at the end of the day this a story that is made up of hundreds of thousands of human interest stories"… https://t.co/WPGoVHk4sO