RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des journalistes, du Mexique au Moyen-Orient Afrique du Nord reçoivent des récompenses du CPJ et du CJFE

Michelle Shephard, Toronto Star, et Khaled al-Hammadi du Yémen
Michelle Shephard, Toronto Star, et Khaled al-Hammadi du Yémen

Saman Aghvami/CJFE

Dix journalistes courageux de partout dans le monde ont reçu des marques de reconnaissance lors de cérémonies de remise de récompenses tenues séparément par les Journalistes canadiens pour la liberté d'expression (CJFE) à Toronto et par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la semaine dernière à New York.

Le 22 novembre, quatre reporters, dont Mansour al-Jamri de Bahreïn, Natalya Radina du Bélarus, Javier Valdez Cárdenas du Mexique et Oumar Cheema du Pakistan, ont été honorés par le CPJ lors de son gala bénéfice annuel de remise des prix internationaux de la liberté de la presse.

Plus tôt cette année, Radina, qui a fondé le site web « Charte 97 », a dû fuir le Bélarus et trouver asile en Russie après avoir été détenue à cause de ses reportages sur la corruption et les violations des droits de la personne.

« Aujourd'hui, les prisons du Bélarus sont remplies de prisonniers politiques », a dit Radina, qui a cité les noms de plusieurs journalistes enlevés et assassinés sous la dictature du Bélarus au cours de la dernière décennie. « Aujourd'hui nous sommes témoins de la façon dont sont renversées les dictatures à travers le monde… S'il vous plaît, n'oubliez pas le Bélarus. »

Le 24 novembre, le CJFE a rendu hommage à six journalistes à l'occasion de sa Soirée d'hommage au reportage courageux. Le gala incluait une exposition de caricatures politiques ainsi qu'une exposition d'instantanés pris pendant du premier mois du printemps arabe de 2011.

Les prix internationaux de la liberté de la presse ont été présentés à Khaled al-Hammadi, du Yémen, journaliste à Al Jazira TV et correspondant de « Al-Quds Alarabi », et à Mohamed Abelfattah, d'Égypte, journaliste citoyen et blogueur.

Al-Hammadi a été honoré pour sa couverture courageuse pendant les affrontements meurtriers incessants au Yémen entre les partisans du régime et les manifestants, tandis que Abelfattah se voyait honoré pour avoir exigé des comptes en rapport avec la mort de Khaled Said, un militant de la démocratie, battu à mort par les forces de sécurité dans un café internet, et beaucoup d'autres, dont le nombre n'est pas connu.

Abelfattah ne pouvait pas être présent, mais il a fait parvenir un message par vidéo. Le CJFE a déclaré que al-Hammadi « a parlé avec éloquence des dangers de pratiquer le journalisme dans son pays et de la façon dont des récompenses comme celle-ci braquent les projecteurs sur la nécessité de protéger les journalistes dans le monde ».

Trois scientifiques, le Dr Shiv Chopra, la Dre Margaret Haydon et le Dr Gérard Lambert, ont en outre reçu le prix Intégrité du CJFE pour leur travail d'information auprès des Canadiens, rappelant qu'ils ont subi des pressions pour les inciter à approuver des médicaments vétérinaires qui, à leur avis, faisaient courir des risques pour la sécurité alimentaire des Canadiens.

L'étude de cas de l'IFEX sur ces deux événements compile l'avis du CPJ et du CJFE pour aider d'autres membres de l'IFEX à organiser des conférences destinées à sensibiliser le public à la liberté d'expression.

Cette étude est accessible ici:

Étude de cas : Des journalistes courageux prennent le podium à l'occasion des événements annuels de remise de prix du CJFE et du CPJ

Dernier Tweet :

Pakistani journo Muhammad Yasir fled his homeland after a grenade attack on his office. He travelled across Europe… https://t.co/V3GgySIao8