RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Vingt-deux pays marquent la Journée mondiale de la liberté de la musique, le 3 mars

 Le « chanteur révolutionnaire » du square Tahrir, Ramy Essam, a été cette année l’un des participants à la Journée mondiale de la liberté de la musique
Le « chanteur révolutionnaire » du square Tahrir, Ramy Essam, a été cette année l’un des participants à la Journée mondiale de la liberté de la musique

Issra Wasfy

De New York au Caire, d'Istanbul à Accra : la Journée mondiale de la liberté de la musique 2012 a été marquée le 3 mars dans 22 pays pour défendre la liberté d'expression musicale à travers le monde.

La Journée donne l'occasion de reconnaître les centaines de musiciens incarcérés, censurés et persécutés à cause de leur musique ou des paroles de leurs chansons, dit l'organisateur Freemuse, une organisation internationale qui défend la liberté d'expression pour les musiciens et les compositeurs.

Au Caire, le « chanteur révolutionnaire » du square Tahrir, Ramy Essam, a pris la parole - et la chanson - pour dire combien les choses ont peu changé après les soulèvements en Égypte. « Les gains des 18 jours ont commencé à décroître tout de suite après que nous avons quitté le square », se plaint Essam, qui est devenu l'une des étoiles de la révolution avec ses chanson dans lesquelles il demandait à Moubarak de s'en aller. Il a déclaré qu'il ne pouvait plus chanter librement au square Tahrir comme il le faisait durant le sit-in de l'an dernier.

La Fondation pour les médias en Afrique de l'Ouest (Media Foundation for West Africa, MFWA), qui est membre de l'IFEX, s'est jointe au Syndicat des musiciens du Ghana (Musicians Union of Ghana, MUSIGA) pour appeler les Ghanéens à protéger et à respecter le droit à la libre expression des musiciens. Au Ghana, les musiciens comme Jewel Ackah et Daddy Lumba reçoivent menaces et insultes et sont la cible de mesures d'intimidation parce qu'ils composent des chansons pour des partis politiques de leur choix pendant les campagnes électorales.

Cette année, Freemuse a créé sept Rapports spéciaux sur la Liberté de la Musique qui se penchent sur la censure musicale dans sept pays, dont la Papouasie occidentale, l'Azerbaïdjan et le Pakistan. Consultez-les ici.

Voyez ici comment d’autres peuples ont célébré la Journée mondiale de la liberté de la musique

Dernier Tweet :

Amid political turmoil in Maldives, press comes under attack https://t.co/b3RxC8U7BE "Authorities in the Maldives m… https://t.co/UbAIFyIJ9m