RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Plan d'action de l'ONU sur la sécurité des journalistes et l'impunité

L'ONU traduit ses paroles en actions avec un plan pour prioriser la sécurité des journalistes et combattre l'impunité

Le Plan d'action de l'ONU vise à améliorer les soutiens de sécurité pratique pour les journalistes qui courent des risques
Le Plan d'action de l'ONU vise à améliorer les soutiens de sécurité pratique pour les journalistes qui courent des risques

REUTERS

Cela pourrait-il enfin finir ? Je parle de la misérable comédie répétitive que jouent les dirigeants de dizaines d'États membres des Nations Unies qui protestent constamment de leur farouche attachement à la liberté de la presse – puis qui s'appliquent à emprisonner, à intimider ou à éliminer journalistes et dissidents, à dissimuler la corruption et les abus de pouvoir et à étouffer toute critique.

Il est trop tôt pour pécher par optimisme. Mais les gens et les politiciens devraient être conscients que l'ONU accorde maintenant une grande priorité à la sécurité des journalistes et à la lutte contre l'impunité – à savoir le mode de fonctionnement, que corroborent de cruelles statistiques, en vertu duquel les travailleurs des médias sont visés et tués et où, dans neuf cas sur dix, les personnes responsables échappent totalement à la justice.

L'UNESCO, principale agence à l'origine de cette initiative que mènent toutes les organisations rattachées à l'ONU, croit que le Plan d'action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité pourrait changer la donne complètement.

Pourquoi les journalistes devraient-ils recevoir une protection spéciale quand il existe tant d'autres formes d'injustice ? Ce n'est pas parce que les journalistes sont des saints. Mais parce que la liberté de la presse et la liberté d'expression sont essentielles à l'édification de sociétés justes où les gens ont vraiment leur mot à dire sur la façon dont ils veulent vivre leur vie et sur la manière dont ils veulent être gouvernés.

L'urgence vient du nombre croissant des morts et de l'évident effondrement de la règle de droit qui fait du journalisme, dans bien des endroits, la profession la plus dangereuse. Les meurtres d'Anna Politkovskaïa (Russie, 2006), de Hrant Dink (Turquie, 2007), de Lasantha Wickrematunge (Sri Lanka, 2009) et de Marie Colvin (Syrie, 2012) ont tous été commis sur le même modèle : ils étaient tous des journalistes qui risquaient leur vie pour mettre à nu de graves violations des droits de la personne et de graves injustices ; ils ont tous été tués afin de réduire au silence une voix critique ; et après leur mort, les personnes responsables ont échappé à la justice.

Le 23 novembre 2009, un incident horrible a fait prendre toute la mesure de l'effet corrosif qu'exerce l'impunité en encourageant l'anarchie là où les droits fondamentaux sont niés par la violence. Trente-deux journalistes et employés des médias se trouvaient parmi plus de 50 personnes qui ont été tuées ce jour-là dans la province de Maguindanao aux Philippines. Par la suite, les autorités ont négligé de mettre sur pied une enquête qui eût quelque crédibilité. Justice n'a toujours pas été rendue.

L'an dernier, les membres de l'IFEX, le réseau mondial de défense de la libre expression, ont choisi la date du 23 novembre pour en faire la Journée internationale contre l'impunité. La journée a été marquée dans de nombreux pays par des campagnes pour mettre fin à l'impunité. Cette année, après l'approbation du Plan d'action de l'ONU sur la sécurité des journalistes par le Conseil des Directeurs généraux sous la présidence de Ban Ki-moon, le 23 novembre est la date symbolique à laquelle toutes les agences et tous les organismes des Nations Unies concernés vont se réunir à Vienne afin de déterminer comment mettre en œuvre le plan de l'ONU destiné à préserver la vie et le travail des journalistes.

Bien des gens restent sceptiques après les déceptions passées. Tous les espoirs étaient permis en 2006 lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la Résolution 1738, condamnant les attaques délibérées contre les journalistes et autres civils dans les zones de conflit, mais rien n'a vraiment changé. Et les dernières statistiques sont alarmantes : avec 95 journalistes tués au cours des neuf premiers mois de 2012, cette année s'annonce déjà comme l'une des pires que l'on ait connues.

Mais quelque chose a changé. À partir d'une petite graine semée dans un sous-groupe de l'UNESCO, un groupe d'États et d'ONG déterminés ont bravé les tempêtes diplomatiques et une serieuse résistance afin d'assurer que le Plan d'action des Nations Unies verra enfin le jour ce mois-ci.

À quoi tout cela se résume-t-il ? Le plan est un modèle combinant de nombreuses souches – l'élaboration de normes légales appropriées et de mécanismes d'application de la loi et de protection physique, l'élévation de la liberté de la presse au rang de priorité supérieure dans les programmes nationaux des Nations Unies et les vérifications des dossiers des États en matière de droits de la personne, ainsi que l'amélioration des soutiens pratiques en matière de sécurité offerts aux journalistes en danger. La réussite ou l'échec de ce plan dépendra de ce que les États, les organismes de l'ONU et les médias en feront.

Un sentiment d'urgence se faisait nettement sentir parmi les médias d'informations du monde lors du symposium des rédacteurs et des journalistes qui s'est tenu le 18 octobre à Londres et dont les hôtes étaient la BBC et le Centre for Freedom of the Media. Quarante grandes organisations de presse sont convenues de faire parvenir à la conférence de l'ONU à Vienne une "Déclaration de Londres". Cette déclaration demande que la conférence prenne pleinement en compte les préoccupations des médias, et que les journalistes eux-mêmes suivent de près les actions des gouvernements et des tribunaux pour que cessent les homicides des journalistes et que prenne fin l'impunité.

Plus tôt cette année les médias ont montré comment la vigilance peut fonctionner. Des officiels brésiliens ont critiqué le Plan de l'ONU lors d'une réunion importante de l'UNESCO, et une brève dépêche sur l'incident, transmise sur Globo TV, a été reprise par tous les médias du pays. Peu après le gouvernement a annoncé son appui total au Plan de l'ONU et accepté d'écouter les revendications des médias et des ONG.

Puis, en septembre, le Brésil a parrainé de tout son poids une résolution sur la sécurité des journalistes adoptée au Consel des droits de l'homme des Nations Unies à Genève, l'organisme de défense des droits de la persone le plus important du monde. C'était la preuve que les médias doivent faire partie de la solution pour mettre fin au chancre des violences contre les journalistes – parce que le silence est l'allié des dictateurs, et que la démocratie prospère avec la liberté de la presse.

William Horsley est Directeur international du Centre for Freedom of the Media à l'Université de Sheffield, au Royaume-Uni.

Dernier Tweet :

السلطات المصرية تحجب موقع الشبكة العربية لمعلومات حقوق الإنسان https://t.co/pqD7ZdPWHv @anhri #internetcensorship… https://t.co/l4oVNn50Ei