RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La campagne internationale de l'IFEX s'attaque à la culture d'impunité pour défendre la libre expression

Images des cinq personnalités dont on dresse le profil durant la campagne 2013 de la Journée internationale contre l'impunité
Images des cinq personnalités dont on dresse le profil durant la campagne 2013 de la Journée internationale contre l'impunité

Comment briser une culture d'impunité ? Appuyez une culture qui défie l'impunité.

Il y a trois ans, des membres du réseau de l'IFEX se sont rencontrés à Beyrouth pour discuter des attaques contre la libre expression et des moyens de défendre ceux qu'on vise parce qu'ils disent la vérité aux puissants.

Ces membres sont convenus qu'une culture d'impunité nourrit dans leurs pays un climat où d'autres individus s'autorisent à commettre des crimes semblables, sachant qu'ils vont selon toute vraisemblance s'en tirer. Il se répand alors dans l'ensemble de la société un sentiment de peur qui devient une préoccupation pour tout le monde – certains vont mettre une sourdine à leurs propos par crainte de mettre leur carrière, leur sécurité et leur famille en danger.

Imaginez à quel point un problème doit être grave et répandu pour qu'il fasse consensus dans un réseau varié comptant plus de 80 organisations basées dans plus de 60 pays. Quoi qu'il en soit, les voix étaient unies sur ce point crucial – peu importe que les attaques contre la libre expression soient dirigées contre des artistes, des manifestants, des avocats, des activistes ou des médias, qu'elles s'expriment sous forme de censure, de législation, d'emprisonnement, d'intimidation, d'agression ou même, forme ultime de censure, de meurtre – ces attaques ont toutes une chose en commun. Les gens s'en tirent. Peu importe que leurs auteurs soient des gouvernements ou des individus, ils ne rendent pas de comptes de leurs crimes. Difficile à croire ? Dans 9 affaires sur 10, il est choquant de constater que les gens assassinent les journalistes en toute impunité.

Alors donc a pris forme l'idée d'une journée internationale consacrée à défier la culture d'impunité elle-même. Aujourd'hui, trois ans plus tard, nous avons vraiment un mouvement mondial. La troisième campagne annuelle de la Journée internationale contre l'impunité, inaugurée le 1er novembre 2013, atteint son point culminant le 23 novembre.

Chaque année, un nombre croissant de groupes membres de l'IFEX et de personnes concernées prend part à cette campagne qui frappe à la racine même du problème. Au moyen d'actions comme les 23 Actions en 23 Jours, hébergées sur daytoendimpunité.org, et au moyen d'événements inspirés et éclairés par le contexte local, nous augmentons le volume du son de nos appels pour faire cesser l'impunité.

L'impact de la campagne grandit lui aussi. Les membres de l'IFEX participent à la télévision à des débats, à des conférences, à des marches silencieuses et à des campagnes dans les médias sociaux. Ils publient des rapports, créent des vidéos, des infographies et des sites multimédias pour faire connaître le message en long et en large – la culture d'impunité doit disparaître. La créativité remarquable et l'audience de ce réseau mondial donnent un élan à cette cause importante.

Joignez-vous à nous. Allez à daytoendimpunité.org le 23 novembre. Agissez au nom des cinq affaires dont la campagne dresse le profil cette année. Consultez la carte des événements de la campagne mondiale. Et la semaine prochaine, allez à ifex.org pour voir une galerie de photos, les meilleures photographies soumises au concours de photos de la campagne – L'Impunité mise à nu.

Ce n'est pas une journée, ce n'est pas une campagne qui modifiera la réalité, à savoir que la libre expression est menacée dans chaque pays du monde, de même que sur Internet – un monde relativement nouveau dans lequel nous investissons de plus en plus de temps. Il est toujours vrai que les gens qui menacent la libre expression s'en tirent. Dans certains cas, ils échappent même aux conséquences d'un meurtre.

La situation requiert un mouvement qui s'étend à toute l'année, un mouvement qui inclut tous ceux qui ont le souci de la liberté et de la justice. Veuillez considérer ceci comme une invitation. Soyez vigilants. Restez informés. Le site web de l'IFEX comporte une section dédiée aux dossiers et aux alertes dans lesquels apparaît la question de l'impunité, ainsi qu'une section où vous pouvez agir sur des affaires particulières. Aidez-nous à attirer l'attention sur les crimes contre la libre expression où et quand ils surviennent. Nous pouvons transformer une culture d'impunité en une culture qui ne la tolérera pas.

-----

L'impunité en chiffres :

• Au cours des 20 dernières années, plus de 670 journalistes ont été assassinés. Dans 9 cas sur 10, ces assassinats ont été commis en toute impunité.
• Des 143 enquêtes sur des crimes contre la liberté d'expression depuis 2006 au Mexique, une seule a entraîné une condamnation.
• Entre 2010 et 2012, 38 défenseurs des droits de la personne ont été assassinés au Guatemala, au Honduras et au Mexique. Dans 98 pour 100 des cas, les auteurs de ces meurtres sont toujours en liberté.
• Des 54 journalistes assassinés en Russie depuis 2000, il n'y a qu'un seul cas où les auteurs ont été traduits en justice.
• Au Brésil, 9 défenseurs des droits de la personne et 7 journalistes ont été assassinés en 2012 pour avoir pris la parole. Et cette année, plus de 200 manifestants ont été arrêtés en juin dans les manifestations et les protestations de masse. À ce jour, il n'y a eu aucune enquête sur la violence policière qui a entouré ces événements.
• Depuis le début de 2013, on a recensé au moins 54 incidents d'attaques et de menaces visant des journalistes en Ukraine. Seulement quatre de ces affaires ont été portées devant les tribunaux.
• Des 45 meurtres de journalistes au Pakistan depuis 2003, aucun n'a été résolu.
• Depuis le début des manifestations en faveur de la démocratie en février 2011, au moins 14 enfants ont été tués en toute impunité à Bahreïn, résultat d'un recours excessif à la force de la part des forces de sécurité pendant les manifestations.
• L'année 2012 a été la plus meurtrière pour la presse en Somalie, où 12 journalistes ont été tués. Personne n'a été inculpé.
• De janvier à juin 2013, on a recensé au moins 26 cas d'attaque violente contre des journalistes en Azerbaïdjan. Aucun des cerveaux n'a été traduit en justice.

ADDITIONAL INFORMATION
De quoi discutent les autres membres de l'IFEX

Dernier Tweet :

Couldn't make it to #IGF2016? That's fine. Our very own @ewoycik did. Just follow her to find out latest happenings from the Forum in Mexico