RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Edward Snowden : le lanceur d'alerte des surveillances

Il a été appelé un héros, un dissident, un lanceur d’alerte et un traître, mais une chose est incontestable: Edward Joseph Snowden a déclenché l'un des plus grands débats sur la surveillance du gouvernement et le droit à la vie privée dans l'histoire américaine et à travers le monde.

AP Photo, File

« Je suis plus disposé à risquer l'emprisonnement, ou tout autre conséquence négative sur le plan personnel, qu'à brader ma liberté intellectuelle et celle de ceux qui me entourent ».


Edward Snowden dans le documentaire de 2014 Citizenfour de Laura Poitras

Il a été qualifié d'héros, de dissident, de lanceur d'alerte et de traître. Indépendamment du qualificatif que vous attribuez à l'homme qui s'identifie simplement comme un « américain », une chose demeure incontestable: Edward Joseph Snowden a déclenché l'un des plus grands débats sur la surveillance du gouvernement et le droit au respect de la vie privée dans l'histoire américaine et à travers le monde. Aujourd'hui, il vit comme un exilé involontaire en Russie, avec la peur d'une extradition vers les États-Unis, où il est accusé de trahison et risque peut-être 30 ans d'emprisonnement.

Ancien employé de l'Agence de la sécurité nationale (NSA) et de l'Agence centrale de renseignement (CIA), Snowden a d'abord fait la une en juin 2013, lorsque The Guardian a publié des informations qu'il avait divulguées aux journalistes Glenn Greenwald, Ewan MacAskill et Laura Poitras au sujet de la massive surveillance gouvernementale non autorisée. Les journalistes avaient secrètement rencontré Snowden dans une chambre d'hôtel à Hong Kong, où il a partagé des informations stockées sur une clé USB contenant des informations gouvernementales classifiées.

Les révélations initiales - rapportées par Greenwald le 5 juin 2013 - ont montré que la NSA avait utilisé une ordonnance judiciaire pour obtenir des enregistrements de téléphones cellulaires de millions d'utilisateurs sans problèmes de téléphone Verizon aux États-Unis.

Les révélations suivantes incluent l'existence du programme PRISM, qui a permis à la NSA l'accès aux serveurs de certaines des plus grandes sociétés de technologie américaines, dont Microsoft, Apple et Google. Les articles qui s'en sont suivis ont également montré que les États-Unis travaillaient avec l'agence de sécurité du gouvernement du Royaume-Uni, GCHQ, pour recueillir des données auprès d'utilisateurs d'Internet partout dans le monde. D'autres révélations montrent que la NSA a placé les politiciens sous surveillance, parmi lesquels des chefs d'États tels que la Chancelière Angela Merkel d'Allemagne et l'ancienne Présidente du Brésil Dilma Roussef. (Cliquez ici pour accéder à la liste complète des révélations de Snowden).

Le 9 juin 2013 - seulement quatre jours après que The Guardian ait publié son premier article sur les fuites de la NSA - Snowden choisit de révéler son identité au public, en déclarant: « Je n'ai pas l'intention de cacher qui je suis parce que je sais que je n'ai rien fait de mal ».

Peu de temps après que Snowden est sorti de l'ombre, les États-Unis l'ont inculpé de vol, de « communication non autorisée d'informations de défense nationale » et de « communication délibérée d'informations de renseignements de communications classées à une personne non autorisée » - les deux dernières accusations ont été portées en vertu de la Loi d'espionnage de 1917.

Le 21 juin 2013, les États-Unis ont annulé le passeport de Snowden et ont déposé une demande d'extradition de Hong Kong. Craignant d'être traité de manière inhumaine et de ne pas bénéficier d'un procès équitable aux États-Unis, Snowden a fui vers Moscou en utilisant des documents de voyage délivrés par l'ambassade équatorienne à Londres, avec le soutien de Wikileaks.

Il a passé plus d'un mois dans la zone de transit de l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, jusqu'à ce qu'il ait obtenu un asile d'un an en Russie, le 1er août 2013. Celui-ci a été prolongé de trois ans en 2014 et, encore une fois, en janvier 2017, jusqu'en 2020, après quoi il a le droit de demander la citoyenneté russe.

Bien qu'il ait le droit de voyager, il y a à une crainte réelle qu'il soit probablement extradé vers les États-Unis s'il quitte la Russie pour un autre pays. Snowden a souvent déclaré qu'il n'avait pas l'intention de finir en Russie et avait espéré que le gouvernement Obama lui accorderait un pardon et qu'il pourrait rentrer chez lui. Il dit que ses demandes dans 21 pays ont été refusées. Des rumeurs au début de l'année 2017, selon lesquelles le gouvernement russe l'extraderait pour « se rapprocher » du président Trump, s'étaient tues lorsqu'il a été divulgué qu'il avait obtenu la permission de rester jusqu'en 2020.

Pendant ce temps, les révélations de Snowden avaient du avoir des répercussions significatives. En 2015, le Congrès américain a adopté la Loi sur la liberté aux USA, que beaucoup ont décrite comme une victoire qui n'aurait pas eu lieu sans ses efforts de dénonciation. La loi impose des limites à la portée des collectes de dossiers et aux nouvelles mesures visant à accroître la transparence et la supervision de la surveillance par la NSA. Bien que des groupes tels que Electronic Frontier Foundation (EFF) aient soutenu que le projet de loi aurait pu faire beaucoup plus pour défendre une réforme globale de la surveillance, ils ont reconnu qu'il représente un pas en avant positif.

Snowden s'est engagé activement dans des initiatives de la société civile qui défendent la liberté d'expression et le droit à la vie privée. Il est membre du conseil d'administration de la Fondation pour la liberté de la presse et a soutenu des initiatives de la société civile, y compris les Archives Snowden de Journalistes canadiens pour la libre expression (CJFE). Il parle souvent lors des événements sur la surveillance (bien qu'à distance), y compris lors d'un événement de 2015 de PEN America / Newseum sur les lanceurs d'alerte et d'un événement en 2016 pour le MIT MediaLab.

L'histoire de Snowden a été présentée dans Citizenfour, un documentaire coproduit par Poitras, Greenwald, MacAskill et d'autres, sorti en octobre 2014. Le documentaire a remporté de nombreux prix, dont un Oscar du meilleur documentaire en 2015.

En avril 2017, des membres de PEN Norvège sont allés à Moscou pour lui remettre en personne le Prix Ossietzky pour la liberté d'expression, édition 2016. Il avait été incapable d'assister à la cérémonie de remise du prix à Oslo le mois de novembre précédent lorsque la Norvège avait refusé de lui donner des garanties qu'il ne serait pas extradé.

L'avenir de Snowden reste à l'état d'incertitude.

Dernière mise à jour: 19 juillet 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Neutralidad de la red en América Latina: reglamentación y aplicación de la ley y perspectivas. Leé el informe:… https://t.co/Hvzz5U9mcO