RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Le militant des droits Peter Tatchell: « saint » et « homosexuel bandit »

Une voix dominante et parfois une figure polarisante dans la longue lutte pour l'égalité des LGBTQI +, Peter Tatchell a passé plus de 50 ans à faire campagne pour les droits humains. Il a subi des passages à tabac, des arrestations, des poursuites et du harcèlement, mais sa passion pour la justice ne montre aucun signe d'affaiblissement.

Oli Scarff/Getty Images

« Quand il s'agit de la liberté d'expression, je suis un libre parleur attaché à l'égalité des chances. Je défends même le droit des autres de se moquer de moi et de me ridiculiser. Je peux ne pas l'apprécier. Cela pourrait être injuste. Mais c'est la démocratie ».


Tatchell dans Pink News, 2006

Surnommé « Saint Peter » par certains dans la communauté LGBTQI + et « homosexuel bandit » par l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, Peter Tatchell continue de provoquer de fortes réactions. Un militant des droits humains depuis plus de cinquante ans, Tatchell est surtout connu pour son plaidoyer en faveur des droits LGBTQI + et de la liberté d'expression. Au cours de son travail, il a enduré des centaines d'attaques violentes, de multiples arrestations et des poursuites judiciaires. Ses tactiques, y compris les « coups de gueule » de personnalités publiques gays en privé de l'association OutRage!, ont parfois suscité des critiques de la part des sections de la communauté LGBTQI + et au-delà, mais personne ne peut douter de son courage, de ses principes ou de l'impact positif de son travail.

Tatchell est né à Melbourne, en Australie, mais a passé la quasi-totalité de sa vie adulte au Royaume-Uni. Son sens de la justice et son goût pour l'activisme étaient évidents à un jeune âge: alors qu'il était encore à l'école, il faisait campagne pour les droits fonciers des autochtones et contre la guerre du Vietnam, poussant son directeur à le qualifier de « communiste ».

Tatchell a déménagé au Royaume-Uni en 1971. Il avait commencé à s'identifier en tant qu'homosexuel à la fin des années 60 et quand il est arrivé à Londres, Cela ne faisait que quatre ans que les rapports sexuels entre hommes avaient été légalisés en Angleterre et au Pays de Galles. Bien que la loi ait changé, les attitudes ont tardé à évoluer et Tatchell s'est lancé dans le militantisme des droits des homosexuels. Il a participé à l'organisation de la première Marche de Fierté gay au Royaume-Uni en 1972. Il a également adhéré au le Font de libération Gay qui a adapté les tactiques du mouvement des droits civiques des États-Unis afin de faire face aux préjugés homophobes. Selon Tatchell: « Nous avons fait des protestations telles que la mise en scène de sit-in dans des pubs qui refusaient de servir les homosexuels ».

Tatchell a rapidement pris avec lui son militantisme à l'étranger et a été pourchassé par des membres de la Stasi (la police politique de l'Allemagne de l'Est) lorsqu'il a essayé de promouvoir les droits des homosexuels lors du défilé du Festival mondial de la jeunesse de Berlin-Est en 1973.

Tatchell a décrit les années 1980 au Royaume-Uni comme une « décennie d'homophobie autorisée par l'État ». C'était une période au cours de laquelle la police de Manchester - dirigée par un chef de police qui a décrit les homosexuels comme des gens « tournoyant dans une décharge publique créée par eux-mêmes » - ciblait les personnes LGBTQI + pour les harceler et attaquer les clubs gays. Pendant ce temps, Tatchell faisait campagne contre l'infâme Article 28 du Royaume-Uni, qui interdisait aux autorités locales de « promouvoir l'homosexualité » (l'article 28 a finalement été abrogé en 2003). Il est également devenu le visage public d'OutRage!, un groupe de militants LGBTQI + confronté à l'intolérance anti-gay et a utilisé des coups de force théâtrales pour « faire avouer officiellement » des personnalités publiques qui étaient homophobes en public mais homosexuels en privé.

En tant que membre d'OutRage! (et aussi lorsqu'il a pris ses distances avec ce groupe) Tatchell a vivement critiqué les dirigeants islamiques, juifs et chrétiens pour la promotion des préjugés anti-gay. En 1998, il est monté ostensiblement à la chaire pour protester contre le sermon de Pâques de l'archevêque de Canterbury, George Carey [VIDEO] (Carey était opposé au mariage homosexuel et à l'âge du consentement pour les hommes homosexuels comme c'était le cas pour les couples hétérosexuels). Tatchell a été attaqué en justice pour ses actes et condamné en vertu d'une loi peu usitée interdisant les manifestations dans les églises.

En 2006, Tatchell a participé au premier festival de la Fierté gay de Moscou. Il est revenu l'année suivante pour protester contre l'interdiction du défilé et, alors qu'il était là, lui et d'autres militants LGBTQI + ont été sauvagement battus par des néo-nazis et arrêtés par la police. Tatchell a déclaré après l'attaque qu'il ne serait « pas dissuadé d'un iota » de continuer son activisme en Russie. Il a de nouveau été arrêté lors du Concours Eurovision de la Chanson à Moscou en 2009 après avoir protesté contre l'interdiction par Moscou des parades de la Fierté gay (que le maire de la ville avait qualifié de « satanique »). Tatchell a également fait campagne contre l'assaut législatif de la Fédération de Russie sur les droits LGBTQI +, et il a décrit le président Vladimir Poutine comme le « Tsar de l'homophobie ». Plus récemment, il a été arrêté à Moscou à la veille de la Coupe du Monde 2018 pour avoir protesté contre la torture des hommes homosexuels par la police en République de Tchétchénie.

Cette activité ne se pratique pas sans coût. Dans une interview de 2009 au journal Observer, il admettait que - malgré sa longue histoire d'activisme public, souvent agressif - il était toujours très anxieux avant un acte de protestation: « Je me sens physiquement malade et j'ai tendance à vouloir faire beaucoup pipi ... J'ai un mal de tête ... il y a des moments où je suis en train de trembler ».

En raison de son militantisme, il a reçu des menaces de mort et des lettres de haine, et pendant de nombreuses années il a fait l'objet d'attaques extrêmement déplaisantes de la part des tabloïds britanniques. Il y a également eu un cout sur le plan physiologique: Tatchell souffre de légers dommages au cerveau qu'il attribue en partie à l'agression néonazie russe contre lui en 2006 et à une attaque antérieure en 2001 [VIDEO] qui a eu lieu alors qu'il tentait une arrestation citoyenne du président zimbabwéen Robert Mugabe à Bruxelles.

Compte tenu de la nature de l'impact élevé de Tatchell, parfois de l'activisme agressif, il n'est pas surprenant que le droit à la liberté d'expression occupe une place prépondérante parmi les nombreuses autres causes pour lesquelles il lutte. En 2006, il a décrit ce que la liberté d'expression signifiait pour lui:

« J'ai grandi en Australie dans les années 1960, pendant une période de chasse aux sorcières communistes à la McCarthyite. Parce que je me suis opposé à la guerre américaine et australienne contre le Vietnam, j'ai été dénoncé comme communiste et j'ai failli perdre mon travail. De ma propre l'expérience personnelle, je sais que la liberté d'expression est une liberté précieuse qui doit être sauvegardée. C'est pourquoi je soutiens que le droit à la liberté d'expression ne peut être légitimement limité que lorsqu'il s'agit d'incitation à la violence ou de calomnie / diffamation. La menace de la violence et la diffusion de contrevérités sapent le débat libre, honnête et ouvert. Sinon, le discours doit rester libre. Les rares exceptions sont des cas tels que ne pas être libre de publier des instructions terroristes de fabrication de bombes. Le prix de la vie dans une société libre est que nous sommes parfois confrontés à des opinions que nous trouvons offensantes et insultantes. Face à des opinions fanatiques et intolérantes, le moyen le plus efficace de les défier est un débat calme et raisonné pour dissiper l'ignorance et les préjugés - et non par des interdictions et de la censure. Les menaces physiques et la violence sont inacceptables. »

Son engagement à la liberté d'expression l'a vu défendre les tristement célèbres caricatures danoises du prophète Mahomet qui ont provoqué des émeutes à travers le Moyen-Orient en 2005; il l'a vu proposer de témoigner pour la défense d'un homme arrêté pour avoir tenu des propos homophobes en public; il l'a également amené à défendre un boulanger chrétien qui a été reconnu coupable de discrimination sexuelle pour avoir refusé de décorer un gâteau avec les mots « Je soutiens le mariage homosexuel ».

Plus récemment, le dévouement de Tatchell à la liberté d'expression l'a amené à protester contre des tentatives des militants transgenres d'interdire un petit nombre de féministes (qui ont fait des remarques offensantes sur les transgenres ou remis en question la validité de leurs identités) lors des discussions dans des universités et autres institutions. Tatchell est un fervent défenseur des droits des transgenres, mais croit que « le moyen le plus efficace de vaincre les idées sectaires n'est pas de proscrire mais de les défier et de les dénoncer ».

Peter Tatchell a reçu de nombreux prix pour son travail. En 2006, il a été classé comme l'un des héros de notre temps par le New Statesman. En 2009, l'Observer l'a nommé Militant de l'année et en 2012, il a reçu un Prix Lifetime Achievement aux UK Diversity Awards. Actuellement, il est le directeur de la Fondation Peter Tatchell, une organisation à but non lucratif de défense des droits humains.

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Con la ley también se puede cercenar la libertad. En #México presentaron en el Senado iniciativa que criminaliza la… https://t.co/jZOXCb4Mvj