RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux journalistes condamnés à mort mènent une grève de la faim

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières a adressé, le 13 août 2007, un courrier au secrétaire général des Nations unies pour qu'il enjoigne la République islamique d'Iran à tenir ses engagements internationaux après que deux journalistes, Adnan Hassanpour et Abdolvahed Botimar, ont été condamnés à la peine de mort, le 16 juillet dernier.

"Les droits les plus élémentaires d'Adnan Hassanpour et d'Abdolvahed Botimar ont été bafoués puisqu'ils n'ont pas été autorisés à assister à l'énoncé du verdict de leur procès. Plus scandaleux encore, ils n'ont pas été informés de leur sentence et l'ont apprise en lisant le journal", a indiqué Reporters sans frontières dans sa lettre à Ban Ki-moon.

Adnan Hassanpour et Abdolvahed "Hiva" Botimar ont reçu, le 8 août 2007, la visite d'un membre de leur famille à la prison de Sanandaj (Kurdistan iranien). Les deux hommes, placés dans des cellules individuelles, ont appris leur condamnation en lisant le quotidien "Kayhan". Ils mènent une grève de la faim depuis près de trente jours, avec pour seul apport calorique de l'eau sucrée.

Dans sa lettre, l'organisation a également rappelé qu'au total, onze journalistes sont actuellement privés de leur liberté pour avoir exercé leur métier dans ce pays. Alors que certains d'entre eux purgent leur peine, après avoir été condamnés lors de procès iniques, d'autres sont détenus depuis des mois sans jugement. Ils subissent des conditions de détention déplorables et n'ont pas accès à des soins médicaux.

"Plusieurs journalistes ont été harcelés et intimidés par le régime de Téhéran, dont la campagne contre les médias indépendants s'apparente à une chasse aux sorcières. Un grand nombre d'entre eux ont comparu et continuent de comparaître devant les tribunaux pour répondre à des charges, objectivement infondées, mais néanmoins jugées recevables par une justice aux ordres", a écrit Reporters sans frontières.

"Ces hommes ont besoin de vous savoir à leurs côtés. Grâce à l'action de l'Organisation des Nations unies, ils pourront retrouver un semblant de dignité et la liberté d'exercer leur métier. Nous sommes certains que vous saurez trouver les moyens et les arguments pour amener l'Iran à respecter les dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques qu'elle a ratifiés", a ajouté Reporters sans frontières.

Soheil Assefi, collaborateur de plusieurs médias, a été placé en état d'arrestation le 4 août 2007 après s'être présenté à une convocation au tribunal de Téhéran. Quelques jours plus tôt, des agents du parquet avaient perquisitionné son domicile et saisi des documents ainsi que son matériel informatique. Détenu à la prison d'Evin (Téhéran), les charges retenues contre lui ne sont pas connues. Le journaliste a pu téléphoner à un membre de sa famille le 9 août, mais il n'est pas autorisé à recevoir de visites. Farshad Gorbanpour, également détenu à la prison d'Evin, a été interpellé, sans motif, le 31 juillet. Selon son épouse, qui a pu lui rendre visite une fois, il serait poursuivi pour "action contre la sécurité nationale" et pourrait être libéré en contrepartie du versement d'une caution de 200 millions de toumans (environ 158 000 euros).

Le 21 juillet, le journaliste de l'hebdomadaire "Karfto", Ako Kurdnasab, a été interpellé au siège du journal par des agents du ministère des Renseignements, après avoir été mis en examen par la quatrième chambre du tribunal de la ville. Détenu à la prison de Sanandaj, il attend d'être jugé. Les charges retenues contre lui ne sont pas connues et sa famille est sans nouvelles.

Ejlal Ghavami, de l'hebdomadaire "Payam-e mardom-e Kurdestan" (suspendu depuis 2004), est détenu depuis le 9 juillet. Il a été condamné le 9 juin 2006 à trois ans de prison par le tribunal de Sanandaj pour "incitation des populations à la révolte" et "action contre la sécurité nationale". Le journaliste souffrirait d'une infection des yeux. De son côté, le directeur de "Payam-e mardom-e Kurdestan", Mohammad Sadegh Kabovand, a été arrêté le 1er juillet 2007 et transféré à la prison d'Evin. Le journaliste a mené une grève de la faim pendant huit jours pour protester contre son isolement. Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, il subirait de nombreuses pressions dans le but de lui faire démentir les informations publiées par l'Organisation des droits de l'homme au Kurdistan, dont il est l'un des fondateurs. Il serait poursuivi pour "action contre la sécurité nationale".

Said Matinpour, de l'hebdomadaire "Yarpagh" (journal en langue azari publié à Téhéran), est en prison depuis le 28 mai 2007. Arrêté en même temps que son épouse à leur domicile à Zanjan (Nord-Ouest), il a été transféré deux jours plus tard à Téhéran. Il est maintenu en isolement dans le dortoir sécuritaire 209 de la prison d'Evin. Aucune charge n'a été formulée contre lui. Ses proches et son avocat n'ont pas pu lui rendre visite.

Trois autres journalistes sont en prison depuis 2006. Kaveh Javanmard, de l'hebdomadaire "Karfto", a été arrêté le 18 décembre 2006 à Sanandaj. Il a été condamné, le 17 mai 2007, à deux ans de prison, lors d'un procès à huis clos, pour "incitation à la révolte" et "action contre la sécurité nationale". Ali Farahbakhsh, collaborateur de plusieurs journaux économiques, dont "Sarmayeh", a été arrêté le 27 novembre 2006, et condamné le 26 mars 2007 à trois ans de prison pour "espionnage". Il purge actuellement sa peine dans le dortoir sécuritaire 209 de la prison d'Evin, où il a longtemps été privé de ses médicaments. Enfin, Mohammad Hassin Falahieh, journaliste du service en langue arabe de la chaîne Al-Alam, (radiotélévison de l'Etat iranien), est emprisonné depuis le mois de novembre 2006. Accusé d'"espionnage", il a été jugé le 29 avril 2007 par un tribunal de la révolution et condamné à trois ans de prison. Il purge lui aussi sa peine dans le dortoir sécuritaire 209 de la prison d'Evin. Selon son avocat, il est malade et a besoin de traitement.

Signez la pétition en faveur des journalistes condamnés à mort en Iran: http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15056

Dernier Tweet :

A Javier Valdez lo mataron por ser periodista. Hace 9 meses. Su caso, como el del 97% de las decenas de periodistas… https://t.co/TcfVCxEjxJ