RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LES DEUX DERNIÈRES PERSONNES AYANT LA DOUBLE NATIONALITÉ, AMÉRICAINE ET IRANIENNE, SONT RELÂCHÉES

Deux américano-iraniens détenus pendant plus de quatre mois à la sinistre prison d'Evin de Téhéran ont été relâchés, rapportent ARTICLE 19, Index on Censorship, Human Rights Watch et des dépêches.

Le militant de la paix irano-américain Ali Shakeri a été libéré le 24 septembre sous une caution d'un milliard de rials (107 000 $ US) après avoir été détenu pendant plus de quatre mois parce qu'il était soupçonné de porter atteinte à la sécurité nationale, rapporte Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL). On ne sait pas s'il a le droit de quitter le pays.

Shakeri, membre fondateur du conseil d'administration du Center for Citizen Peacebuilding de l'Université de la Californie, campus d'Irvine, se trouvait en Iran pour voir sa mère malade qui est décédée pendant son séjour. Il a été emprisonné le 8 mai tandis qu'il attendait son vol de retour aux États-Unis, et il a été conduit à la prison d'Evin, où il a été placé en isolement cellulaire. Les autorités iraniennes n'ont jamais dit clairement pourquoi il était détenu.

Shakeri est le dernier de quatre irano-américains à être libéré. Les quatre personnes avaient été arrêtées ou empêchées de quitter l'Iran plus tôt cette année. Sa remise en liberté survient la veille du jour où le président iranien Mahmoud Ahmadinejad devait prendre la parole devant l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.

Kian Tajbakhsh a été relâché le 19 septembre et a retrouvé sa femme chez lui à Téhéran, rapportent ARTICLE 19 et Index on Censorship. On ne sait pas encore s'il a été libéré sous caution ou sans condition.

Tajbakhsh, spécialiste en sciences sociales et urbaniste, agissait comme consultant auprès d'organisations comprenant notamment l'Open Society Institute et la Banque mondiale. Il a été arrêté chez lui le 11 mai et détenu au secret à la prison d'Evin.

Haleh Esfandiari, directrice du programme du Moyen-Orient au Woodrow Wilson International Center for Scholars, à Washington, a été libérée sans préavis sous une caution de 3 milliards de rials (320 000 $ US) le 21 août, peu après avoir franchi le cap des cent jours en prison. Tajbakhsh et Esfandiari étaient accusés d'avoir mis en danger la sécurité nationale en encourageant une « révolution de velours » contre le gouvernement.

Parnaz Azima, reporter à « Radio Farda », le service en langue perse dirigé conjointement par RFE/RL et la Voix de l'Amérique, était la seule des quatre à n'être pas incarcérée, mais son passeport lui a été confisqué.

Human Rights Watch se préoccupe en outre de ce que le gouvernement a nié le respect des droits fondamentaux à un procès en bonne et due forme à trois étudiants iraniens en journalisme détenus à la prison d'Evin depuis mai, sans accès à des avocats. Majid Tavakoli, Ahmad Ghassaban et Ehsan Mansouri sont accusés d'avoir insulté les dirigeants de l'État dans des publications étudiantes, bien qu'ils aient soutenu que les publications en question étaient des faux et qu'ils n'ont joué aucun rôle dans leur production. Un autre étudiant en journalisme et blogueur, Soheil Assefi, est détenu sans jugement depuis août.

Les arrestations alimentent les tensions entre Washington et Téhéran, déjà difficiles en raison de la poursuite par l'Iran de la technologie nucléaire et des menaces américaines d'intervention militaire. Une lettre ouverte aux Nations Unies venant d'Akbar Ganji, l'un des principaux journalistes d'enquête d'Iran qui a lui-même été détenu pendant près de six ans, a été entérinée par plus de 300 personnalités éminentes, dont le politologue américain Noam Chomsky et Orhan Pamuk, lauréat du Prix Nobel de littérature en 2006. Cette lettre appelle le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon à rejeter une intervention militaire en Iran, condamne les violations des droits de la personne par l'État iranien et réclame la remise en liberté de tous les prisonniers politiques.

Consulter les sites suivants :
- Human Rights Watch : http://tinyurl.com/yws84l
- ARTICLE 19 et Index on Censorship : http://tinyurl.com/yq7dhu
- « Communiqué de l'IFEX », à propos d'Esfandiari et d'Azima :
http://www.ifex.org/en/content/view/full/86186/
- « Communiqué de l'IFEX », à propos des ressortissants ayant la double nationalité américaine et iranienne : http://tinyurl.com/3ba8ht
- Lettre ouverte de Ganji aux Nations Unies : http://tinyurl.com/ynrhpy
- RFE/RFL : http://tinyurl.com/382mde
- Free Haleh : http://www.freehaleh.org/
- Free Kian : http://www.freekian.org/
- Free Ali : http://www.freealishakeri.org/
(25 septembre 2007)

Dernier Tweet :

Accra High Court dismisses application for injunction by Cocoa Buyers Association of Ghana. Gives Multimedia Group… https://t.co/zrOAAM0cu5