RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Quatre journalistes en détention et une blogueuse condamnée à la prison en attente de son procès

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est vivement préoccupée par le regain de tension entre les autorités iraniennes et les journalistes membres de la communauté azérie. Quatre d'entre eux sont détenus sans charge depuis plus de dix jours, possiblement à la prison d'Evin (Téhéran), tandis qu'une journaliste-blogueuse azérie s'est vue condamnée, le 20 septembre 2008, à six mois de prison pour ses publications sur Internet.

"Ces journalistes azéris viennent allonger la liste des professionnels des médias appartenant à des minorités ethniques incarcérés dans les prisons iraniennes pour avoir dénoncé les inégalités sociales et réclamé un traitement égalitaire au sein de la société. Comptabilité inquiétante: onze des douze journalistes actuellement détenus dans le pays sont issus des minorités kurde, azérie et arabe. Les autorités iraniennes doivent mettre un terme à cette répression tous azimuts qui freine le développement des médias communautaires", a déclaré l'organisation.

Le 17 septembre 2008, un juge d'instruction a décidé de prolonger le maintien en détention de quatre journalistes azéris sans fournir d'explications à leurs familles, ni les autoriser à avoir recours à un avocat. Alireza Sarafi, directeur du mensuel "Dilmaj" (suspendu depuis le 23 septembre 2007), Said Mohamadi, rédacteur en chef du magazine littéraire "Yashagh", et les journalistes Hassain Rashedi et Akabar Azad, du magazine "Varlighe" et de l'hebdomadaire "Yarpagh", l'un des journaux azéris les plus importants du pays, avaient été interpellés le 10 septembre alors qu'ils étaient réunis au domicile d'un activiste politique à Téhéran. Au lendemain de la décision de prolonger leur maintien en détention, des agents des services de renseignements ont procédé à la perquisition des domiciles d'Alireza Sarafi et Hassain Rashedi. De nombreux documents de travail, dont des CD, ont été saisis avec le disque dur de leurs ordinateurs. Les quatre hommes pourraient avoir été placés dans la section 209 de la prison d'Evin, sous le contrôle du ministère des Renseignements.

Par ailleurs, Shahnaz Gholami, directrice du weblog Azar Zan, a été condamnée, le 20 septembre 2008, à six mois de prison, par la première chambre du tribunal de la révolution de Tabriz (Nord-Ouest), pour "publicité à l'encontre de la République islamique". Son avocat, Me Mohamad Ali Dadkhah, a décidé de faire appel de la décision. La journaliste reste libre dans l'attente de l'ouverture de son procès. Membre de l'Association des femmes journalistes (ARZ), Shahnaz Gholami s'est fait connaître pour son implication dans le mouvement de lutte pour les droits des femmes. En août 2007, elle avait été emprisonnée pendant trois semaines pour avoir dénoncé la répression policière qui s'était abattue contre des manifestants dans différents villes de la province azerbaïdjanaise. Dans les années quatre-vingt, Shahnaz Gholami avait passé cinq ans en détention pour son militantisme politique.

Dernier Tweet :

Civil society groups call for the release of Tep Vanny https://t.co/j6MZsATcun @cchrcambodia @hrw @seapa Land act… https://t.co/KbYhjLhaPb