RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Aidez les journalistes en Iran

Tandis que les journalistes continuent d'être arrêtés en Iran dans le sillage de l'élection présidentielle du 12 juin, très chaudement disputée, Amnistie Internationale vous demande de l'aider à obtenir leur libération. Aussi, joignez-vous à l'association Hands Across the Mideast Support Alliance (HAMSA) (Alliance de soutien Mains tendues à travers le Moyen-Orient), qui a lancé une pétition pour protester contre l'entreprise conjointe de Telecom avec Nokia Siemens. Les sociétés ont fourni au gouvernement Iranien un « centre de surveillance » qui permet aux forces de sécurité d'écouter les téléphones cellulaires, de lire les courriels, de brouiller les messages textes et d'interrompre les appels.

D'après Amnistie, une douzaine au moins de journalistes sont toujours détenus à Téhéran, sans doute à la prison d'Evin, où ils risquent d'être torturés ou maltraités. Parmi eux se trouve Maziar Bahari, un Canadien-iranien qui travaille pour « Newsweek » et qui vient tout juste d'être inculpé de faire partie d'une conspiration orchestrée en Occident et visant au renversement du régime des ayatollahs.

Amnistie vous demande d'envoyer des appels pour qu'ils arrivent le plus rapidement possible, en perse, en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue, pour demander aux autorités de libérer immédiatement et sans conditions, tous les prisonniers d'opinion, et de faire connaître le sort de tous ceux qui sont détenus. Les adresses de courriel et autres précisions de contact sont disponibles sur

le site web d'Amnistie

Par ailleurs, la nouvelle technologie de surveillance de Nokia se déploie sur une vaste échelle, dit l'HAMSA. « Des centaines de personnes ont été arrêtées grâce à la technologie de Nokia. »

Prenez une minute pour faire pression sur Nokia pour qu'elle mette fin immédiatement à son contrat avec le régime iranien, qu'elle mette hors-circuit son centre de surveillance, et qu'elle explique comment les Iraniens peuvent contourner le système de surveillance. Dites à la compagnie que vous allez boycotter ses produits et pressez votre fournisseur de services de téléphonie mobile de cesser de vendre des appareils Nokia tant que celle-ci n'aura pas mis fin à sa participation à la répression.

Signez la pétition

Dernier Tweet :

Self-advocacy and persistence are key to making progress- lessons learned from human rights defender @jbedoyalimahttps://t.co/Fg0wVtpsJE