RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le procureur de Téhéran s'en prend à des sites d'informations conservateurs et un blogueur est condamné à six ans de prison ferme

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce une nouvelle tentative de censure d'Internet à l'annonce des poursuites lancées, le 15 décembre 2009, par le procureur de Téhéran, Abbas Jafari Dowlatabadi, contre deux sites d'information conservateurs, Jahannews et Alef news, pour avoir "insulté" le président Mahmoud Ahmadinejad.

"Après avoir déployé graduellement ces derniers mois une stratégie répressive sans précédent à l'encontre des médias indépendants, des médias proches de l'opposition, ainsi que des nouveaux médias, le pouvoir a pris l'initiative de faire le ménage dans son propre camp. Cette action en justice est révélatrice des divisions qui règnent au sein du mouvement conservateur face aux événements qui agite le pays depuis la réélection contestée de juin dernier. Une division qui s'exprime également dans les médias proches des conservateurs. Mahmoud Ahmadinejad vient de démontrer une nouvelle fois qu'il ne tolère aucune voix dissidente", a déclaré l'organisation.

Le site Alef news appartient au député Ahmad Tavakoli, l'un des leaders du clan conservateur qui a souvent critiqué Ahmadinejad, et a mené en 2008 une campagne contre son ancien ministre de l'Intérieur, Ali Kordan. Celui-ci a été limogé par le parlement pour avoir "menti" au sujet d'un doctorat de l'Université d'Oxford qu'il prétendait détenir. Le site a également accusé, en octobre dernier, Ahmadenejad d'être en partie responsable des troubles post-électoraux, en raison de ses déclarations publiques sur les opposants.

Le site d'informations Jahannews ( http://www.jahannews.com/ ) est quant à lui dirigé par Alireza Zakani, député de Téhéran. Il comptait parmi les soutiens à Ahmadinejad avant les événements de ces derniers mois. A la suite de la répression brutale qui s'est abattue sur les manifestants, plusieurs courants conservateurs, dont celui auquel s'associe Jahannews, ont pris leurs distances avec le gouvernement.

Le site d'information Ayandenews ( http://www.ayandenews.com/ ), lui aussi proche des conservateurs, est bloqué depuis le 6 décembre. Il a fait l'objet de poursuites judiciaires similaires par le procureur, pour "insulte envers des responsable du régime". Ces douze dernières années, ce chef d'accusation a été utilisé comme prétexte pour obtenir la suspension de journaux, le blocage de sites Internet, ainsi que des arrestations de journalistes et blogueurs.

Le blogueur Mohammad Pour Abdullah ("Pishro" - Avant-garde) http://www.feuer17.blogspot.com , détenu depuis près d'un an, a été condamné le 14 décembre à six ans de prison ferme pour "publicité contre le régime et action contre la sécurité nationale". Il avait été arrêté le 12 janvier 2009 suite à la publication d'articles sur les conditions carcérales et les méthodes d'interrogatoire des agents du ministère des Renseignements.

Hassin Assadi Zidabadi, blogueur et responsable d'un comité d'étudiants défendant les droits de l'homme, a été libéré provisoirement le 8 décembre 2009, après quarante jours de détention. Il est désormais en attente de jugement. Il avait été arrêté, le 3 novembre, la veille des manifestations marquant le trentième anniversaire de la prise d'otages de l'ambassade des Etats-Unis en Iran.

Dernier Tweet :

Reprieve and Release for two Ugandan journalists. In separate incidents: Top Radio journalist Richard Kasule aka Ka… https://t.co/7JNT9rLgbD