RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le directeur du journal "Yaneh" arrêté et plusieurs journalistes toujours détenus dans des lieux secrets

(RSF/IFEX) - "Nous condamnons les récentes arrestations arbitraires et les détentions illégales des professionnels des médias. La répression systématique de toute opinion critique à l'égard des institutions politiques ou religieuses du régime instaure un climat de terreur qui engendre l'autocensure et la fuite des journalistes iraniens hors de leur pays. Détenus au secret dans des conditions extrêmement difficiles, avec de longues périodes d'isolement total, les journalistes voient leurs droits les plus élémentaires ouvertement bafoués. Ces détentions in communicado qui peuvent être qualifiées de disparitions forcées et de crimes contre l'humanité constituent des violations du droit international. La communauté internationale doit sortir de son silence", a déclaré Reporters sans frontières.

Le 14 janvier 2010, Azad Lotpoury, directeur du journal en langue kurde et persane "Yaneh", a été arrêté à son domicile dans la ville de Sanandaj (Kurdistan), par des agents du ministère des Renseignements. Le domicile du journaliste a été perquisitionné pendant plusieurs heures. Les ordinateurs et des livres ont été confisqués, la porte et les fenêtres ont été fracturées, et des membres de sa famille ont été insultés. On ignore les motifs de l'arrestation d'Azad Lotpoury et le lieu de sa détention.

Plusieurs des journalistes arrêtés depuis plus de dix jours sont toujours détenus dans des lieux gardés secrets. Leurs familles et leurs avocats sont sans nouvelles depuis. Tel est le cas de Kivan Mehrgan, journaliste du quotidien "Etemaad", de Nassrin Vaziri, journaliste de l'agence ILNA, du reporter Abdolreza Tajik, et de Mashaallah Shamsolvaezin, porte-parole de l'Association des journalistes iraniens et du Comité de défense de la liberté de la presse. La famille d'Emadoldin Baghi est également inquiète pour le sort du journaliste suite au bref coup de téléphone qu'il a pu passer depuis la prison d'Evine, et au cours duquel il a prononcé la phrase "Je ne me sens pas bien." Mme Fatemeh Kamali-Ahmad-Sarai a déclaré être très inquiète d'autant que, lors de l'arrestation de son mari, des agents du ministère des Renseignements avaient ouvertement menacé le journaliste en disant que s'il maintenait ses positions, "il n'est pas sûr qu'il reste en vie".

Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, plusieurs des journalistes arrêtés à Téhéran sont entre les mains des Gardiens de la Révolution et sont emprisonnés dans le dortoir 240 de la prison d'Evine. Ces journalistes subissent d'importantes pressions pour passer aux aveux. Contrairement aux dispositions prévues par la loi iranienne, leurs noms ne figurent pas dans les registres officiels de la prison, ni sur le site du ministère de la Justice.

Contacté par Reporters sans frontières, Me Nemat Ahmadi, avocat de plusieurs journalistes, dont Ali et Mahssa Hekmet, Mohammed Reza Zohdi, a expliqué que "les autorités justifient le fait de ne pas autoriser les avocats à voir leurs clients par une modification de la procédure judiciaire qui n'était pas initialement prévue dans la loi. Ils ont ajouté une période pendant l'enquête au cours de laquelle le dossier est confié à un 'spécialiste du dossier', avant que l'enquête ne soit transmise au parquet. Au cours de cette période spéciale, aucune information n'est donnée aux proches ou aux avocats sur les personnes arrêtées."

La Commission d'autorisation et de surveillance de la presse du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique a suspendu les licences de nombreux journaux. L'hebdomadaire "Hemat", publication conservatrice proche du gouvernement, a été suspendu le 14 janvier 2010. Le 18 janvier, "Moj Andisheh" ("La vague d'opinions"), publication de l'équipe de "Hemat", a également été suspendu. Ces deux publications sont les victimes du règlement de comptes entre les différents clans conservateurs.

Plusieurs fois suspendu au cours des dernières années, le journal "Farhang ashti" a été définitivement fermé le 18 janvier et sa licence annulée par le ministère de la Culture et l'Orientation islamique. D'après un communiqué publié sur son site, cette décision fait suite à la publication de commentaires relatif à l'avertissement émis par le nouveau responsable de la presse du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, Mohammed Ali Ramin. Depuis sa prise de fonction en octobre 2009, ce fidèle conseiller de Mahmoud Ahmadinejad a multiplié les avertissements et les menaces à l'encontre des médias, notamment la presse écrite. Ce négationniste avait déclaré qu'avec la suspension des journaux il cherchait que la presse soit aux ordres.

Dernier Tweet :

Lebanon ramps up interrogations of online activists https://t.co/HT4jUPzkAq @Advox @timourazhari