RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le « Parrain des blogues » écope de 19 ans de prison dans la guerre que mène le régime contre les opinions hétérodoxes

Un blogueur vient tout juste d'être condamné à 19 ans et demi de prison en Iran, un autre risque la peine de mort et trois journalistes se sont vu décerner des peines de plusieurs années de prison, selon ce que rapportent des membres de l'IFEX. Agissez dès maintenant pour appuyer le « parrain des blogues », sobriquet de Hossein Derakhshan, en signant la pétition à : http://www.freetheblogfather.org/

La peine de 19 ans et demi de prison infligée à Derakhshan, qui possède la double citoyenneté canadienne et iranienne, a secoué les défenseurs de la libre expression à travers le monde, dont un grand nombre ont de l'admiration pour cet homme 35 ans parce qu'il est le premier à avoir affiché en 2001 des instructions en farsi sur la façon de tenir un blogue. ARTICLE 19, les Journalistes canadiens pour la liberté d'expression, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Index on Censorship et le PEN Canada ont préparé une action commune dans le cas de Derakhshan, qu'ils demandent aux autres groupes membres de l'IFEX d'appuyer en la signant.

Invitant l'Iran à libérer Derakhshan immédiatement et la communauté internationale à accroître les pressions pour appuyer les prisonniers politiques iraniens, la déclaration atteste que « la prison n'est pas la place de Hossein Derakhshan ou des dizaines d'autres écrivains, journalistes, universitaires et blogueurs qui continuent à languir dans les geôles d'Iran ».

La condamnation de Derakhshan est survenue le 28 septembre devant un tribunal siégeant à huis clos, mais a été confirmée par Reporters sans frontières (RSF) auprès de sa famille au Canada, qui en a été informée par téléphone par le juge qui présidait le procès.

Derakhshan est retourné en Iran à partir du Canada en novembre 2008 après que les autorités lui eurent promis qu'aucune accusation ne serait portée contre lui. Il a pourtant été arrêté à l'aéroport pour avoir « insulté les dirigeants du gouvernement et les textes sacrés de l'Islam ». Le blogueur a publié dans le passé des textes critiques sur Ahmadinejad et d'autres dirigeants religieux fondamentalistes, mais à la lumière de ses récents écrits d'appui aux politiques d'Ahmadinejad, Derakhshan ne pensait pas être poursuivi, encore moins être torturé en prison.

La peine très lourde n'augure rien de bon pour Vahid Asghari, un étudiant de 24 ans et blogueur partisan des réformateurs qui attend sa sentence et contre qui les procureurs ont suggéré la peine de mort, selon ce que rapportent plusieurs organisations de l'IFEX. Asghari a été arrêté au printemps 2008 et torturé pour lui faire avouer qu'il dirigeait un réseau pornographique en ligne. Son véritable crime, cependant, est d'avoir accueilli les sites web de dissidents et de membres de l'opposition.

Par ailleurs, trois journalistes arrêtés pendant le mois qui a suivi les élections fortement contestées de juin 2009 ont été condamnés à des peines de prison. Shiva Nazar Ahari est une journaliste de 26 ans qui travaille pour le Comité des reporters des droits de la personne et championne des droits des femmes, des enfants et des prisonniers. Elle a été reconnue coupable d'avoir « fait la guerre à Dieu », entre autres crimes, et été condamnée à six ans de prison. Elle était passible de la peine de mort.

Emadeddin Baghi a lui aussi été condamné à six ans de prison pour une interview réalisée en 2007 pour le compte de la BBC, au cours de laquelle il avait critiqué un dirigeant religieux aujourd'hui décédé. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) qualifie cette sentence de « punitive et absurde ».

Enfin, le CPJ rapporte que l'éminent chroniqueur Issa Saharkhiz a été condamné à trois ans de prison le 27 septembre pour « insulte au dirigeant suprême ». Journaliste d'expérience, Saharkhiz aurait déjà subi une crise cardiaque derrière les barreaux, car il a été arrêté peu de temps après les élections.

Derrière ces accusations ridicules se profilent les Gardiens de la Révolution, l'agence de sécurité iranienne, de sinistre réputation, créée quelques mois avant la dernière élection en Iran. Au milieu des protestations de masse dans les rues du pays et des homicides commis par l'État qui ont marqué l'été de 2009, les Gardiens de la Révolution ont annoncé qu'ils pourchassaient un « réseau » de blogueurs et de journalistes prétendument incendiaires qui « incitaient la population à se rebeller », dit RSF.

Le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne presse le régime iranien de considérer les conséquences géopolitiques de ses gestes à un moment où les appels à la conscience semblent n'être d'aucun effet : « Réprimer encore davantage les voix de l'opposition et violer les libertés publiques ne feront qu'accroître l'animosité au sein de la communauté internationale au moment où l'Iran a gravement besoin de maintenir de bonnes relations ».

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Azerbaijani activist Ilgar Mammadov: Released but not free https://t.co/ysZWsFUKjU @HRW_Brussels @IRFS_ORG @article19europe