RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Cessez les exécutions et libérez les prisonniers d'opinion

La journaliste et militante des droits des femmes Hengameh Shahidi
La journaliste et militante des droits des femmes Hengameh Shahidi

Amnesty International

Des milliers de journalistes, d'avocats, d'étudiants, d'artistes, de militantes des droits des femmes et de militants syndicaux sont en prison en Iran, et un grand nombre d'entre eux attendent d'être exécutés. Rien que cette année, les autorités ont reconnu officiellement 86 exécutions - un taux, s'il devait se maintenir, qui signifie que presque 1 000 personnes seront exécutées en 2011, indique Amnistie Internationale. Joignez-vous à la lauréate du prix Nobel de la paix Shirine Ebadi et à Amnistie Internationale et demandez aux autorités iraniennes de proclamer immédiatement un moratoire sur toutes les exécutions capitales et de libérer les milliers de personnes emprisonnées pour s'être exprimées publiquement de manière non violente.

Parmi ces personnes se trouve Hengameh Shahidi, une journaliste pigiste et militante des droits des femmes, arrêtée en juin 2009 pour avoir participé à des manifestations de protestation pour contester le résultat de l'élection présidentielle, pour avoir accordé une entrevue aux médias, écrit des articles sur son blogue, et pour avoir recueilli des signatures en faveur de la Campagne pour l'Égalité, qui vise à changer les lois discriminatoires touchant les femmes en Iran.

Shahidi purge une peine de six ans de prison. Elle s'est plainte d'avoir été torturée en détention, notamment par des passages à tabac et des menaces d'exécution, et elle a été gardée en isolement dans une cellule d'un mètre sur deux.

Plus récemment, les autorités iraniennes n'ont pas permis le déroulement le 14 février d'une manifestation essentiellement non violente en appui aux manifestations qui avaient lieu en Égypte et en Tunisie. Au moins deux personnes ont été tuées, et des dizaines d'autres ou même plus ont été blessées et détenues. Certains députés du Parlement iranien ont demandé de traduire devant les tribunaux les deux dirigeants d'opposition les plus connus et de les condamner à mort pour avoir suscité des troubles.

Cliquez ici et demandez au gouvernement iranien de libérer les prisonniers d’opinion et de mettre fin immédiatement aux exécutions

Dernier Tweet :

After 22 years, will defeat of #Jammeh mean #pressfreedom and #NoImpunity in the #Gambia? #GambiaRising @nfansu @femi_falana @maimuhyai