RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Faute de poursuites, une impunité endémique continue à faire des victimes

(RSF/IFEX) - Le 8 juin 2011 - À l'occasion du deuxième anniversaire de la vague de répression contre les manifestations en Iran suite à la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, Shirin Ebadi, Lauréat du prix Nobel de la paix 2003, et quatre organisations de défense des droits de l'homme appellent le Haut Commissariat aux droits de l'homme des Nations unies et le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à prendre une position plus ferme quant à la sécurité et au respect des droits de l'homme du peuple iranien.

Les organisations des droits de l'homme sont : Reporters sans frontières, la Campagne internationale pour les droits de l'homme en Iran, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme et son organisation partenaire en Iran, la Ligue iranienne pour la défense des droits de l'homme.

"Le rapporteur spécial des Nations unies pour l'Iran doit rapidement être nommé et envoyé en mission. La situation du pays se détériore jour après jour. Les arrestations arbitraires, l'emprisonnement de citoyens, les actes systématiques de torture et les exécutions extrajudiciaires continuent. Non contentes de refuser le droit au rassemblement pacifique, les forces de l'ordre et les agents de sécurité en civil empêchent la population de tenir des cérémonies funéraires privées et mènent des agressions violentes contre elle", ont affirmé le Prix Nobel de la paix Shirin Ebadi et les organisations des droits de l'homme.

Le 1er juin 2011, Haleh Sahabi, prisonnière politique et activiste des droits des femmes, a été attaquée pendant le cortège funèbre de son père, Ezatollah Sahabi, personnalité importante de la classe politique iranienne décédé de causes naturelles deux jours auparavant. Selon des témoins oculaires, la mort de Haleh Sahabi résulte directement de cette agression physique. Au jour d'aujourd'hui, les autorités de la République islamique n'ont fait aucune démarche pour enquêter sur les circonstances entourant sa mort. Dans les médias gouvernementaux, quelques responsables ont déclaré qu'elle serait décédée d'une "crise cardiaque". Sous la pression des agents de sécurité, le corps de Haleh Sahabi a été enterré de nuit sans les rites funéraires traditionnels qui accompagnent normalement l'enterrement d'une femme musulmane.

Après l'élection présidentielle du 12 juin 2009 et le début des protestations, des milliers de personnes ont été arbitrairement arrêtées et poursuivies. Sans respect pour leurs droits fondamentaux, elles ont été condamnées à de longues peines de prison lors de procès injustes. Selon les témoignages des prisonniers et de leurs familles, beaucoup d'entre elles ont été soumises à des actes de torture et à des violations cruelles, inhumaines et insultantes pendant les interrogatoires et leur période de détention. Certains de ces prisonniers ont publié une lettre commune, déposant plainte formellement contre les Gardiens de la révolution islamique, le Ministre des Renseignements et les autorités juridiques pour tortures psychologiques et physiques.

La justice iranienne n'est pas indépendante. Selon l'article 110 de la Constitution, le chef du système judiciaire est nommé par le Guide Suprême de la République islamique d'Iran. L'article 156 de la Constitution iranienne établit que le Chef du système judiciaire est responsable d'"assurer les droits publics et de promouvoir la justice et la liberté civile". Or, l'Ayatollah Amoli Larijani, actuellement à la tête du pouvoir judiciaire, n'observe pas cet article. Au contraire, en ne poursuivant pas ceux qui violent les droits publics, ceux qui commandent et pratiquent la torture et autres crimes sérieux, il encourage plus d'audace dans leurs actes de violence contre la société et particulièrement à l'encontre des prisonniers.

( . . . )

Pour lire le communiqué de presse complet, cliquer ici
ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

TV journalist Mohammad Salim Angaar from state TV Radio Television Afghanistan became the 15th journalist killed by… https://t.co/RwOMC1DgsB