RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Trois journalistes arrêtés tandis que les menaces contre les familles des journalistes emprisonnés continuent

(RSF/IFEX) - Le 15 novembre 2011 - En moins de trois jours, trois journalistes ont été arrêtés en Iran. Le 12 novembre 2011, Hassan Fathi, journaliste et documentariste, a été arrêté pour avoir donné une interview au service en persan de BBC-Television. Adel Al-Yahya, présentateur, et Raed Al-Majed, cameraman de la chaîne satellitaire Al-Adalah, ont été arrêtés, le 11 novembre, dans la ville d'Abadan (sud du pays), pour "espionnage" et "entrée illégale dans le pays".

Reporters sans frontières condamne l'arrestation des trois professionnels des médias, ainsi que les pressions systématiques sur les journalistes et leurs familles une fois qu'ils sont jetés en prison. Pour les autorités iraniennes, les journalistes sont des ennemis, qu'ils travaillent pour des médias iraniens ou des médias internationaux. Il faut les réduire au silence. Nous demandons leur libération immédiate, ainsi que celle de tous les net-citoyens emprisonnés, et la fin du harcèlement à l'encontre des familles des prisonniers.

Hassan Fathi, journaliste et documentariste, a été arrêté, quelques heures après avoir donné une interview sur la chaîne de télévision BBC en farsi. Il est accusé de "trouble à l'opinion publique et publication des fausses informations", selon l'agence officielle Fars, agence proche des Gardiens de la révolution qui a accusé le journaliste d'être un "collaborateur de la chaîne britannique en Iran ayant confirmé dans son interview les propos des pays ennemis". Le journaliste avait commenté sur le service en persan de la BBC la peur de la population suite à une mystérieuse explosion survenue le 12 novembre dans une base militaire, près de Téhéran, faisant 17 morts et 18 blessés.

Aucune loi en Iran n'interdit aux journalistes de répondre à des interviews dans les médias étrangers. Toutefois, en décembre 2008, l'ancien ministre de la Culture et de l'Orientation islamique, Mohammad Hossein Safar-Harandi, avait interdit la nouvelle chaîne de télévision en persan de la BBC, ainsi que toute collaboration des journalistes iraniens avec les médias étrangers. Le 21 octobre 2011, le chef de la police, le général Esmaïl Ahmadi Moghadam, a déclaré que la "collaboration avec VOA et BBC est considérée comme une aide aux services de renseignements ennemis".

Selon la chaîne iranienne en langue arabe Al-Alam, Adel Al-Yahya, présentateur, et Raed Al-Majed, cameraman d'Al-Adalah, ont été arrêtés, le 11 novembre, "pour des activités d'espionnage". Mais selon l'agence Agence France-Presse, les autorités koweïtiennes ont démenti ces accusations : "Les deux hommes travaillent pour une chaîne de télévision privée et tournaient un programme à caractère social. Ils sont entrés en Iran avec un visa." Elles ont ajouté que "des contacts étaient en cours avec les autorités iraniennes pour obtenir leur libération". La chaîne Al-Adalah appartient à l'homme d'affaires Mahmoud Haider, un chiite koweïtien considéré comme un partisan de l'Iran.

Par ailleurs, les menaces contre les familles des journalistes emprisonnés continuent. Des proches de prisonniers sont fréquemment victimes de mauvais traitements de la part de responsables judiciaires ou pénitentiaires (insultes, agressions verbales et physiques, etc.). Ces actes prémédités prolongent les pressions exercées sur les prisonniers. Jila Bani Yaghoob et Mahssa Amrabadi, épouses des journalistes Bahaman Ahamadi Amoee et Masoud Bastani, tous deux emprisonnés, et elles-mêmes journalistes, sont régulièrement harcelées par les agents du ministère des Renseignements et différents tribunaux révolutionnaires, comme bon nombre de familles de prisonniers. Elles sont menacées d'être emprisonnées pour "être en relation avec d'autres familles de prisonniers ou pour leurs activités". Condamnées à un an prison ferme, leur arrestation est imminente.

Dernier Tweet :

Atentan con bombas molotov contra el periodista Héctor Valdez Hernández; fiscalía minimiza el caso, segun @cencoshttps://t.co/xeiCPRYeLy