RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un blogueur condamné à 14 ans de prison et un journal suspendu

(RSF/IFEX) - Le 7 février 2012 - Mehdi Khazali, animateur du blog Baran, a été condamné, le 5 février 2012, à quatorze ans de prison ferme, dix ans d'exil dans la ville de Borazjan (sud-est du pays) et 70 coups de fouet par la 29ème chambre du tribunal de la révolution de Téhéran. Arrêté le 9 janvier 2012 pour la troisième fois en moins de deux ans, il est le fils de l'ayatollah Abolghasem Khazali, membre influent du conseil des Gardiens de la Constitution iranienne depuis une trentaine d'années. Malgré ses déboires avec la justice, Mehdi Khazali critique sévèrement, sur son site, la politique gouvernementale et dénonce les exactions du régime. Son blog a été piraté et n'est plus disponible.

Selon le site Mashregh , proche des services de renseignement, Sharam Golshani, directeur du site Mesghal aurait été arrêté le 4 février 2012, en pleine instabilité monétaire. Ce site de conversion des devises nationales et internationales est accusé de “la chute du rial face au dollar”. Le 1er janvier 2012, le président des Etats-Unis Barack Obama a signé une loi autorisant les sanctions les plus dures adoptées à ce jour par Washington contre Téhéran. Suite à cette décision, le cours du rial a baissé de plus de 20% malgré l'intervention de la banque centrale iranienne. Le site Mesghal a été rendu inaccessible quelques jours début janvier. Sharam Golshani est accusé d'être un "Baha'ie" (de la religion baha'ie, non reconnue par le régime) et l'un des intermédiaires des "ennemis".

Reporters sans frontières a appris la libération provisoire, le 4 février 2012, de Simien Nematollahi, collaboratrice du site Majzooban, suite au versement d'une caution de 100 millions de tomans (environ 90 000 euros). Elle avait été arrêtée le 11 janvier dernier, à son domicile de Téhéran, par des agents du ministère des Renseignements pour “publicité contre le régime”.

Le Quotidien Roozegar a été suspendu, le 4 février 2011, sur l'ordre du procureur de Téhéran pour la publication, en une du journal, d'une
interview et de la photo du leader réformateur Mohammad Reza Khatami. C'est la troisième fois que ce quotidien est interdit. Il avait déjà été suspendu le 4 septembre 2011 pour deux mois. En 2007, le quotidien avait cessé de paraître, jusqu'en février 2010.

Reporters sans frontières demande la libération de Said Razavi Faghih, ancien collaborateur de plusieurs journaux réformateurs et leader étudiant, arrêté à l'aéroport de Téhéran et placé en détention le 22 janvier 2012 alors qu'il rentrait en Iran. Le journaliste, résident en France, avait quitté l'Iran l'été dernier. Said Razavi Faghi, membre de la rédaction de plusieurs journaux réformateurs, notamment le quotidien Yass-é No (suspendu en 2009), vivait depuis février 2004 à Paris où il suivait des études de philosophie. Le 30 janvier 2009, à l'aéroport de Téhéran, les agents du ministère des renseignements avaient confisqué son passeport en évoquant une "interdiction de sortir du pays" et demandé au journaliste de se présenter le lendemain au tribunal de la révolution. Libéré fin février, il restait sous le coup d'une interdiction de sortie du territoire. Détenu en 2003 pendant plusieurs mois, avec trois autres journalistes du quotidien réformateur Yass-é No, il avait été maintenu plus de 78 jours en isolement.
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Les arrestations de net-citoyens se poursuivent

    Le 11 janvier 2012, Simien Nematollahi, collaboratrice du site www.majzooban.org, a été arrêtée à son domicile de Téhéran par des agents du ministère des Renseignements pour “publicité contre le régime”.

Dernier Tweet :

Con la ley también se puede cercenar la libertad. En #México presentaron en el Senado iniciativa que criminaliza la… https://t.co/jZOXCb4Mvj