RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une journaliste dans le coma suite à une tentative d'assassinat

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est extrêmement inquiète de l'état de santé de la journaliste Amal Al-Moudarress. Selon les informations recueillies par l'organisation, la présentatrice-vedette de la radio-télévision publique irakienne, âgée d'une soixantaine d'années, serait dans le coma après avoir reçu plusieurs balles dans le corps.

"De combien de drames tels que celui-ci devrons-nous encore être témoins avant que les autorités irakiennes ne se décident réellement à chercher les moyens de mettre fin à l'impunité qui règne sur le territoire? Le même schéma se répète à chaque attaque contre les professionnels des médias. Des groupes armés utilisent un modus operandi planifié et délibéré pour créer une atmosphère de terreur au sein de la profession", a déclaré Reporters sans frontières.

Le 29 avril 2007, la journaliste sortait de son domicile, dans le quartier Al-Khadraa (ouest de Bagdad), tôt le matin, accompagnée de son mari Adnane Al-Moudarress et de son fils Kanaane, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur elle, l'atteignant de plusieurs balles à la tête et à la poitrine. Amal Al-Moudarress a d'abord été transportée à l'hôpital de Yarmouk, puis à l'hôpital de Kadimiyah, où elle a subi une opération pour retirer une balle qui s'était logée dans sa tempe gauche. La journaliste est aujourd'hui dans un état critique. Selon ses médecins, 48 heures seront nécessaires avant de pouvoir se prononcer sur l'évolution de son état de santé.

Amal Al-Moudarress travaille pour la radio-télévision publique depuis le début des années 1960. Elle s'est notamment fait connaître grâce à des émissions de divertissement, dont "Dix minutes". Elle a ensuite travaillé jusqu'à la chute du régime de Saddam Hussein comme chroniqueuse à la radio. Depuis la reprise des programmes, la journaliste anime "Studio 10", un talk-show qui traite des problèmes de la vie quotidienne des Irakiens.

Depuis le début du conflit en 2003, au moins 167 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués, deux sont portés disparus et douze sont actuellement retenus en otages.

Dernier Tweet :

Five more years in prison. Bahraini authorities have repeatedly targeted @NABEELRAJAB in retaliation for his human… https://t.co/GhjVeF2CBM