RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste arrêté pourrait être poursuivi pour "activités terroristes"; un autre libéré; des restrictions d'accès imposées aux journalistes dans le nord du pays

(RSF/IFEX) - RSF demande au gouvernement régional kurde du nord de l'Irak de lever l'interdiction d'accès des journalistes aux bases des soldats du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) situées près de la frontière avec la Turquie. Par ailleurs, l'organisation demande la libération de Fayçal Gazala, correspondant de la télévision satellitaire Kolsat, arrêté le 19 novembre 2007, près de Mossoul (80 km à l'ouest d'Erbil).

"La région du Kurdistan fait partie des rares endroits en Irak où les journalistes locaux et étrangers pouvaient circuler librement et sans risquer leur vie à tout moment. Cette décision porte gravement atteinte à leur capacité à informer sur les affrontements entre les soldats du PKK et l'armée turque en Irak. Le gouvernement d'Erbil comme celui de Bagdad doivent arrêter de pointer du doigt les professionnels des médias et de les rendre responsables des situations de crise", a déclaré RSF.

Le gouvernement régional du Kurdistan a décidé, le 19 novembre 2007, d'interdire aux journalistes d'aller à la rencontre des soldats du PKK réfugiés dans les montagnes de Kandil, à la frontière irako-turque. Selon le porte-parole Jamal Abdullah, "la couverture effectuée par les médias a contribué à l'enlisement de la crise avec la Turquie". Selon l'Observatoire de la liberté de la presse en Irak, plusieurs journalistes auraient été interpellés près de la frontière turque suite à la décision du gouvernement régional kurde.

Dans une autre affaire, le correspondant de la chaîne satellitaire Kolsta, Fayçal Gazalan, a été interpellé, le 19 novembre 2007, à son domicile près de Mossoul, par les forces de sécurité kurdes. Le journaliste, qui pourrait être poursuivi pour "activités terroristes", serait toujours détenu au commissariat de Dohuk.

Par ailleurs, l'agence de presse irakienne Aswat Al-Irak a annoncé la libération, le 17 novembre, du rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Al-Fayçal", Mohammed Mazhar Al-Chahine Al-Choumari. Le journaliste avait été interpellé dans la ville de Tikrit (180 km au nord de Bagdad) par l'armée américaine au mois d'octobre. Les raisons de son interpellation ne sont pas connues.

Dernier Tweet :

#UmaPorUma, proyecto de periodistas brasileñas para contar historias de mujeres asesinadas en Pernambuco… https://t.co/KTX7T2XFgm