RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Recrudescence des violences à l'encontre des journalistes

(RSF/IFEX) - Quatorze jours après le début du retrait des forces américaines des grandes villes irakiennes, Reporters sans frontières déplore deux incidents qui pourraient indiquer une dégradation des conditions de travail des professionnels des médias irakiens. L'organisation craint une recrudescence des actes de violence et des menaces à l'encontre des journalistes, de la part de groupes armés, mais également des forces de police irakiennes et des organes en charge du maintien de l'ordre.

"Les forces de sécurité irakiennes, associées aux milices Sahwa, semblent profiter du retrait des forces américaines pour s'en prendre physiquement aux journalistes. Les autorités irakiennes doivent prendre les mesures nécessaires pour que cela cesse et que des enquêtes indépendantes soient ouvertes sur deux incidents récents", a déclaré l'organisation.

Le 8 juillet 2009, trois journalistes de télévision ont été agressés et détenus durant cinq heures dans la province de Babel, près de Ramadi (ouest de Bagdad). Ali Al-Juburi, reporter de la chaîne satellitaire Ifâq, accompagné d'Ahmad Omad, reporter de la chaîne Bilâdi et de Karim Al-Qasimi, reporter pour le journal "Al Fiha", étaient venus couvrir la visite du Premier ministre Nouri Kamil Al-Maliki dans la région. Sur la route du retour, leur voiture estampillée Press a été arrêtée par des miliciens Sahwa et des policiers irakiens. Ali Al-Juburi a expliqué que, pendant la fouille de leur véhicule, ils ont été insultés et physiquement agressés par un policier. Alors qu'ils tentaient de porter plainte contre le policier en question, ils ont été gardés à vue pendant cinq heures au poste de police par le neveu du policier. Les professionnels des médias de Babel ont organisé une manifestation afin de dénoncer la violence policière subie par leurs collègues.

Le 10 juillet 2009, Haydar Al-Qotbi, reporter de la station de radio américaine Radio Sawa, a été battu près du stade de Kashafa à Kasra. Il était venu couvrir un accident dans ce quartier de Bagdad, quand sa voiture a été immobilisée par un milicien Sahwa. Quand le journaliste a montré sa carte professionnelle, l'un des miliciens l'a insulté pour sa collaboration avec un média américain. Tiré violemment hors de son véhicule, il a été roué de coups par six personnes.

Dernier Tweet :

Press freedom violations recounted in real time January 2018 https://t.co/1zydy5aoyg @RSF_inter https://t.co/Y5s0fs4g3n