RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste grièvement blessé lors d'une attaque à la bombe et plusieurs autres agressés

(RSF/IFEX) - Le présentateur de l'émission "Liqa Sakhen" sur la chaîne satellitaire Al-Iraqiya Alaa Mohsen a été grièvement blessé par l'explosion d'une charge placée sous sa voiture le matin du 27 septembre 2010, alors qu'il s'apprêtait à quitter son domicile de Biyaa dans la localité de Saydiya pour se rendre à son travail à Bagdad. Emmené d'urgence à l'hôpital du quartier de Yarmouk dans la capitale, il est actuellement entre la vie et la mort.

C'est le troisième attentat ciblé contre un présentateur de programme télévisé depuis le départ des forces américaines entamé le 31 août 2010.

En effet, cette dernière tentative de meurtre fait suite aux assassinats ciblés des présentateurs Safaa Al-Dine Abdul Hamid de la chaîne satellitaire Al-Mossouliya, le 8 septembre 2010, et Riyad Al-Saraï, de la chaîne Al-Iraqiya, le 7 septembre 2010.

Dans ce climat de terreur et d'impunité, les agressions contre les journalistes par les forces de sécurité irakiennes se multiplient et s'intensifient : Bachar Al-Badrani, journaliste reporter d'images (JRI) de la chaîne satellitaire Al-Charqiya, a été victime d'une agression de la part d'éléments de l'armée présents à Mossoul, dans le gouvernorat de Ninwa, le 23 septembre 2010.

Le journaliste se rendait à une conférence de presse, quand il a été pris à partie par les forces armées irakiennes avec une violence inouïe. Après avoir ouvert le feu sur son véhicule, ils ont forcé, lui et son chauffeur, à descendre. Ils ont été ensuite roués de coups.

Dans le même temps, le caméraman a été frappé et couvert d'insultes. Les coups ont redoublé après qu'il a signifié sa qualité de journaliste.

De nombreux journalistes ont été battus et molestés par la garde rapprochée du président de la fondation des martyrs iraquiens, Khalaf Abdel Samad, lors de la couverture d'un séminaire tenu par lui le 22 septembre 2010 à Al-Nassiriya au sud de Bagdad.

Suite à l'ordre de Khalaf Abdel Samad d'évacuer les journalistes de la salle, le personnel de sécurité a réagi avec une violence inattendue. Le caméraman de la chaine al-Fiha Sat, a été frappé alors qu'il filmait l'événement. Un des gardes a tenté de détruire son matériel.

Les correspondants des chaînes Al-Ahd et Al-Ahouar, Jassem Khalaf et Mohammed Saadoun, et la correspondante de la chaine Al-Fiha, Maroua Al-Shammary, ont également reçu des coups. Le journaliste Hazem Habib de l'hebdomadaire "Al-Sabah" a été traîné hors de la salle.

Tard dans la nuit du 21 septembre 2010, alors qu'ils revenaient de couvrir un séminaire de discussion entre les représentants des différentes coalitions politiques à Bagdad, un groupe de journalistes a été passé à tabac par les membres des forces de sécurité à un poste de contrôle dans le quartier de Yarmouk.

Après avoir arrêté leur véhicule, les policiers ont demandé à ses passagers de descendre. Ils les ont aussitôt saisis de force, pour les plaquer au sol et les frapper. Le directeur de l'information du quotidien "Sawt Bagdad", Karim Al-Shammary, et le caméraman de la chaîne satellitaire Kurdistan TV, ont été blessés au visage. La présentation de leur carte de presse s'est avérée inutile contre les coups et les insultes.

Un tel climat d'impunité mine les possibilités de développement d'une presse libre et indépendante dans le pays. Les coupables de telles exactions doivent être jugés et condamnés. Reporters sans frontières réitère son souhait de voir aboutir le projet de loi sur la protection des journalistes dans l'exercice de leur profession. Amorcé en septembre 2009, elle demeure lettre morte au Parlement.

Dernier Tweet :

Two years ago, a Colombian court finally sentenced the first assailant in the case of journalist Jineth Bedoya. But… https://t.co/JTEGWFFTef