RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un quatrième journaliste est tué depuis que les États-Unis ont annoncé le retrait des troupes en septembre

Journalistic Freedoms Observatory

Un jeune reporter de la télévision a été abattu chez lui cette semaine dans la ville septentrionale de Mossoul. Il est le quatrième journaliste assassiné depuis que les États-Unis ont annoncé le retrait d'Irak de leur armée, selon ce que rapportent Reporters sans frontières (RSF), l'Institut international de la presse (IIP), la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Mazen Mardan al-Baghdadi, 18 ans, correspondant de la chaîne de télévision par satellite « Al-Mosuliyah », a été assassiné le 22 novembre lorsque des hommes affirmant être des officiers du renseignement militaire sont arrivés chez lui et l'ont abattu devant sa famille. Il est le deuxième journaliste d'« Al-Mosuliyah » à être tué cette année.

« Nous appuyons les demandes des journalistes irakiens, que le gouvernement en Irak prenne au sérieux le fléau que constitue la violence contre les médias », dit la FIJ. « L'actuelle vague de violence qui se déchaîne contre les journalistes replace dans leur contexte les affirmations d'édification de la démocratie dans le pays. Quand les journalistes sont tués en toute impunité, il est impossible de parler de la règle de droit et du respect des droits de la personne. »

Le mois dernier, l'IIP disait que plus de journalistes ont déjà été tués en Irak cette année que pendant toute l'année 2009.

D'après RSF, l'impunité est répandue : 99 pour 100 des 230 meurtres de journalistes commis en Irak depuis le début de l'invasion dirigée par les États-Unis en mars 2003 sont restés impunis. Il n'est donc pas étonnant que l'Irak se classe en 2010 au premier rang de l'index de l'impunité du CPJ, qui dresse la liste des pays où des journalistes sont constamment assassinés et dont les gouvernements sont incapables ou refusent de poursuivre les tueurs.

Trois autres journalistes ont été tués cette année depuis que les États-Unis ont déclaré la fin officielle des opérations de combat, le 1er septembre : Safa al-Din Abdel Hamid, présentateur de la télévision Al-Mosuliya, Tahrir Kadhim Jawad, cameraman employé à la station de télévision américaine en langue arabe Al-Hurra, et Riad al-Saray, présentateur des nouvelles à la station de télévision Al-Iraqiya.

Dernier Tweet :

Organizaciones y académicos de EE.UU presentaron los “Principios de Santa Clara”, un conjunto de estándares mínimos… https://t.co/S9OqqDSYql