RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un caméraman de la télévision publique assassiné dans l'état d'Alagoas: une possible vengeance d'un narcotrafiquant

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est horrifiée par l'assassinat, le 5 janvier 2008 à Maceió, de Walter Lessa de Oliveira, 53 ans, cameraman de TV Assembléia, chaîne de l'assemblée législative de l'État d'Alagoas (Nord-Est). Le mobile de ce crime reste à déterminer, mais la vengeance d'un narcotrafiquant apparaît comme la piste la plus sérieuse, dans un contexte général d'insécurité particulièrement préoccupant.

"Le Nord-Est du Brésil reste un territoire à haut risque pour les journalistes. Sans préjuger des suites de l'enquête, la vengeance meurtrière d'un narcotrafiquant n'a malheureusement rien d'une hypothèse incongrue, tant cette région est touchée par le crime organisé. Nous espérons que le principal suspect sera rapidement retrouvé et interrogé. Nous formulons également le voeu que la situation, alarmante, d'insécurité dans l'État d'Alagoas se règle dans les plus brefs délais", a déclaré RSF.

Lessa de Oliveira a été tué par balles, le 5 janvier, alors qu'il se trouvait à un arrêt de bus de la périphérie de Maceió, capitale de l'État d'Alagoas. A l'appui des nombreux témoignages recueillis, la police a désigné un trafiquant de drogue connu sous le surnom d'"Aranha" (L'araignée) comme l'auteur du crime. Celui-ci, à bord de son véhicule, aurait stationné à hauteur de la victime et ouvert le feu à quatre reprises dans sa direction. Atteint à la tête, la victime est décédée sur le coup.

Lessa de Oliveira avait, par le passé, filmé et transmis à la télévision de l'État des images d'"Aranha", qui se serait ainsi vengé. Une agression crapuleuse, à laquelle Lessa de Oliveira aurait tenté de résister, a également été évoquée mais elle ne correspond pas aux dépositions enregistrées par la police et rien n'a été dérobé à la victime.

Natif des environs de Rio de Janeiro, Lessa de Oliveira, autrefois à la tête du Syndicat des journalistes professionnels d'Alagoas et employé pendant plus de vingt ans de la chaîne TV Gazeta, travaillait comme cameraman pour la chaîne parlementaire d'Alagoas et pour le Centre d'études supérieures de Maceió. Sa mort est intervenue en pleine recrudescence de la criminalité dans cette ville. Pas moins de seize homicides ont été recensés entre le 5 et le 7 janvier. La police de l'État, en grève depuis cinq mois pour des augmentations de salaires, semble impuissante devant cette grave flambée d'insécurité.

Dernier Tweet :

La Oficina del Alto Comisionado para la Paz censura programa de televisión https://t.co/vrMeQ0R6jW @FLIP_org @Karisma #Colombia