RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste défenestré du sixième étage

Un éminent journaliste kirghiz, critique acerbe du gouvernement, est mort le 22 décembre, quelques jours après avoir été jeté d'une fenêtre du sixième étage d'un immeuble à logements au Kazakhstan, selon ce que rapportent l'Institut international de la presse (IIP) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Gennady Pavlyuk, 40 ans, était en visite à Almaty, capitale économique du Kazakhstan, rapportent l'IIP et le CPJ. Certaines dépêches locales indiquent que Pavlyuk s'apprêtait à lancer un journal d'opposition en ligne et qu'il rencontrait des partenaires kazakhs potentiels, tandis que d'autres reportages affirment qu'il enquêtait sur un crime.

Pavlyuk a été trouvé le 16 décembre sans connaissance, les mains et les jambes ligotés avec du ruban; il a subi de multiples blessures en raison de la chute, rapportent le CPJ et l'IIP.

Pavlyuk avait lancé « Bely Parokhod », un journal connu pour ses enquêtes sur la corruption dans les hautes sphères gouvernementales et pour ses critiques des politiques du président du Kirghizistan, Kurmanbek Bakiyev, rapporte le CPJ. Il est plus connu sous son nom de plume, Ibragim Rustambek.

Les reportages soulignent que Pavlyuk était devenu politiquement actif au cour de la dernière année et qu'il travaillait avec un dirigeant d'opposition kirghiz, Omurbek Tekebaïev. Ce dernier a déclaré au « New York Times » qu'il croit que les services de sécurité kirghiz ont attiré Pavlyuk à une rencontre dans un pays voisin dans le but de l'assassiner. « Nous croyons qu'il s'agit d'un meurtre politique destiné à intimider les médias », a-t-il dit. « C'est une tentative pour effrayer la société. » Les critiques de l'opposition au Kirghizistan imputent cet assassinat au président Bakiyev, affirmant qu'il accentue ses efforts pour faire taire la dissidence, indiquent les dépêches.

Ces dernières années, plusieurs journalistes et voix critiques de l'opposition ont été attaqués, selon ce que rapportent l'IIP et le CPJ. Un autre journaliste d'origine russe, aussi critique de l'État, a été agressé en décembre 2009, dit l'IIP. Le CPJ rapporte pour sa part qu'au cours de ce même mois, un journal a reçu une balle dans une enveloppe avec une note de menaces; et d'autres journalistes et analystes politiques ont reçu des lettres leur disant de cesser de couvrir la nouvelle et de quitter le Kirghizistan.

Le meurtre, en 2007, de l'éminent journaliste ouzbek Alisher Saipov au Kirghizistan demeure non résolu, indiquent le CPJ et l'IIP. Saipov a été abattu tandis qu'il attendait un taxi.

Dernier Tweet :

Subtle threat of media sustainability is as dangerous as restrictive, criminal defamation, intimidation, harassment… https://t.co/gr0AHdVRlE