RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le gouvernement provisoire menace la liberté de la presse

Des gens passent à côté de fleurs déposées en hommage aux morts victimes de violence en avril qui a entraîné le renversement de l’ancien régime au Kirghizistan et porté au pouvoir le gouvernement provisoire
Des gens passent à côté de fleurs déposées en hommage aux morts victimes de violence en avril qui a entraîné le renversement de l’ancien régime au Kirghizistan et porté au pouvoir le gouvernement provisoire

via OSCE

Vingt-cinq groupes de défense de la liberté de la presse et des droits de la personne, dont neuf membres de l'IFEX, appellent le gouvernement provisoire du Kirghizistan post-révolutionnaire à respecter la liberté de la presse et à assurer que tous les médias sont libres de toute entrave dans leur couverture des événements qui surviennent dans le pays. Des milliers de protestataires sont descendus dans les rues le 7 avril dans un soulèvement qui a mené à la chute du gouvernement.

Au cours des trois dernières années, les journalistes et les travailleurs des médias ont subi la censure, le bloquage des sites web, les prises de contrôle forcées de médias. Des journalistes critiques ont aussi été agressés et assassinés.

Le gouvernement provisoire a adopté quelques mesures positives, comme la reprise des émissions en langue kirghiz de Radio Free Europe/Radio Liberty à la radio d'État; la nomination de journalistes qualifiés et indépendants à la direction de la télévision et de la radio d'État; l'enquête sur la prise de contrôle illégale de www.24.kg; et le retrait des ordres d'arrestation contre les journaux pour diffamation à l'égard de l'ancien Président.

Le nouveau gouvernement a limité cependant l'accès à l'information, annoncé des plans de nationalisation des médias privés, et tenté de contrôler les médias en ligne. Les journalistes ont également reçu des appels téléphoniques de menaces en réponse à des articles critiques à l'égard du gouvernement provisoire.

« La préoccupation demeure que ces mesures “positives” visent d'abord le contrôle des médias par l'ancien gouvernement, tandis que les mesures “négatives”… visent à consolider le contrôle par le gouvernement provisoire », dit la déclaration.

L'International Media Support (IMS) a coordonné la déclaration après avoir dépêché du 15 au 19 avril une mission de réponse rapide à Bichkek. Selon l'IMS, « la mission a été effectuée en reconnaissance du rôle essentiel joué par les médias pendant les troubles politiques et le conflit ».

Dernier Tweet :

Reprieve and Release for two Ugandan journalists. In separate incidents: Top Radio journalist Richard Kasule aka Ka… https://t.co/7JNT9rLgbD