RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un défenseur des droits est condamné à la prison à vie

Un tribunal du Kirghizistan a condamné à la prison à vie un journaliste ouzbek et défenseur des droits de la personne, sur des charges de prise d'otage, d'incitation à la haine ethnique, d'organisation de troubles massifs et de participation à ces troubles massifs, ainsi que de complicité de meurtre, selon ce que rapportent Human Rights Watch, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Freedom House.

Azimjon Askarov est directeur d'« Air », une organisation locale de défense des droits de la personne, et participe au réseau de défense des droits de la personne dans la province de Jalal-Abad appelé « Justice ». Il est connu pour documenter dans ses reportages les conditions de détention et la torture infligée aux détenus par la police.

Selon le CPJ, les chefs d'accusation portés contre Askarov sont sans fondement. Celui-ci est visé par les autorités de Jalal-Abad parce qu'il documente les violations des droits de la personne. Askarov et sept autres personnes ont été arrêtés dans le village de Bazar-Korgon, où un groupe a tué un policier et blessé plusieurs officiers pendant les affrontements ethniques qui ont balayé le sud du Kirghizistan à la mi-juin. Les procureurs ne sont pas parvenus à prouver qu'Askarov était sur les lieux.

Les photographies obtenues par le procureur d'Askarov montrent des ecchymoses au dos, ce qui indique qu'il pourrait avoir été torturé pendant sa détention. Durant le procès, des gens en colère dans la foule s'en sont pris verbalement et ont attaqué physiquement les défendeurs et les procureurs de la défense, tandis que les gardiens présent dans la salle d'audience ne faisaient rien. À l'extérieur du palais de justice, des proches et des partisans du policier décédé ont tabassé des membres de la famille du défendeur.

« Les autorités ont complètement négligé de garantir la sûreté des avocats de la défense et les témoins », dit Human Rights Watch. « Le procès aurait dû veiller à l'administration de la justice - on a plutôt assisté à l'administration d'une mesure de vengeance. »

La cour a condamné quatre coaccusés d'Askarov à la prison à vie, deux autres à 20 ans d'emprisonnement, et un autre à neuf ans.

Dernier Tweet :

Hi Twitter followers, we need your help! Will you take this short survey on how we can improve our coverage of gend… https://t.co/iRqFZaiA6K