RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste est tué après des années de calme relatif à la frontière israélienne

Un journaliste libanais a été tué et un autre blessé dans des affrontements frontaliers survenus la semaine dernière entre l'armée libanaise et les Forces de défense israéliennes (FDI), selon ce que rapportent la Fondation Maharat, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et d'autres membres de l'IFEX.

Les deux journalistes ont été atteints le 3 août tandis qu'ils couvraient le bombardement de la région d'Al-Adaysseh. Ils étaient clairement identifiés comme personnel des médias, dit Reporters sans frontières (RSF). Plusieurs journalistes de divers médias étaient également présents.

Les FDI et les forces armées libanaises ont ouvert le feu les unes sur les autres à la frontière sud après qu'une unité israélienne eut déraciné un arbre afin d'installer une caméra de surveillance. Les autorités libanaises ont affirmé que les forces israéliennes avaient franchi la frontière pendant l'opération, ce qu'Israël conteste.

Assaf Abu Rahal, reporter au quotidien libanais « Al-Akhbar », a été tué par un obus israélien. Il couvrait depuis quatre ans le sud du Liban, rapportant la nouvelle sur les séquelles du conflit de 2006 entre Israël et les forces du Hezbollah au Liban. Ali Shoaib, correspondent de Al-Manar TV, propriété du Hezbollah, a été blessé.

« Après des années d'un calme relatif, cette échauffourée illustre à quel point il peut être dangereux de couvrir quelque coin que ce soit du conflit arabo-israélien », dit la FIJ. « Les journalistes et les médias ne pourront jamais être en sécurité tant que les gouvernements ne respecteront pas leur droit de rapporter librement la nouvelle. »

Dernier Tweet :

Joint statement from 10 international NGOs calling for judicial harassment of Singaporean activist Jolovan Wham to… https://t.co/O1G6tdxoDw