RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le CEMESP favorise la coopération entre les journalistes libériens et les forces de sécurité

En réponse au harcèlement et à l'intimidation des journalistes libériens par des agents de sécurité, le Centre pour l'étude des médias et l'édification de la paix (Center for Media Studies and Peace Building, CEMESP), avec l'appui du Programme de campagnes et de revendication de l'IFEX, a organisé un symposium le 7 avril à Monrovia, qui a réuni des représentants de la presse, des universitaires, des éléments de la société civile, des agences de sécurité et des représentants du gouvernement. Les forces de sécurité ont été invitées à protéger les journalistes, pour qu'ils puissent faire leur travail et pour qu'elles comprennent l'importance de la liberté de la presse, et les journalistes ont été invités à respecter le rôle du personnel de sécurité.

Les participants au symposium, intitulé « Rôles complémentaires et responsabilités des praticiens des médias et du personnel de sécurité dans la culture de la liberté des médias au Libéria », ont reconnu la contribution immense apportée par la presse libre dans les questions de reddition de comptes, de transparence et dans le débat public, afin de construire la démocratie. Ils ont aussi pressé les journalistes de faire preuve de professionnalisme et d'éthique, et de respecter la vie privée des gens, « de façon à ne pas inspirer la peur chez quelque groupe vulnérable ». Le personnel de sécurité a été prié de ne pas se cacher derrière la loi pour réprimer les journalistes.

Le CEMESP ajoute que cinq des 26 attaques rapportées dans son « Rapport de 2009 sur les attaques contre la libre expression au Libéria » étaient reliées directement à des actions policières, tandis que les autres avaient été exécutées par des éléments de sécurité sur les ordres d'acteurs du gouvernement.

Les participants ont réaffirmé leur détermination de travailler à assurer la protection de la liberté de parole et de la liberté de la presse telles qu'elles sont énoncées dans la constitution. Des représentants du gouvernement ont fait part de leur intention de travailler avec les médias « pour favoriser l'amitié et garantir le professionnalisme ».

Dernier Tweet :

En Nicaragua, el control que Ortega ejerce sobre los medios se reduce a pesar de que recrudece la represión… https://t.co/48ZIFafViR