RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un directeur de radio assassiné près de Tripoli, en Libye

Reporters sans frontières condamne avec la plus grande fermeté l'assassinat, du directeur et propriétaire de la radio privée libyenne Tripoli FM , Radwan Gharyani, âgé de 44 ans, dont le corps criblé de quatre balles a été retrouvé dans le quartier de Ghut Roman à l'est de Tripoli le 1er décembre 2013.

Les commanditaires de cet assassinat et leurs motivations demeurent jusqu'à présent inconnus. “Nous n'avons aucune idée de qui aurait pu commettre un tel crime”, déclare Rabee Dahan, directeur du développement et co-fondateur de la radio, avant d'ajouter : “Radwan n'avait pas reçu récemment de menaces. Et nous ne nous sommes pas vraiment préoccupés des menaces reçues auparavant”.

Reporters sans frontières demande expressément aux autorités libyennes de mener le plus rapidement possible une enquête afin d'élucider les raisons de assassinat et d'en identifier les auteurs, qui doivent impérativement répondre de leurs actes devant la justice. A la lumière du climat de violence qui règne contre les acteurs de l'information dans le pays, il nous apparaît important que la piste professionnelle ne soit pas être écartée.

Plus de deux ans après la fin de la révolution libyenne qui a entraîné la chute du régime autoritaire de Mouammar Al-Kadhafi, la Libye se trouve toujours dans une situation particulièrement instable et fragile. Les professionnels des média continuent de faire face à une insécurité constante dans l'exercice de leur métier.

Reporters sans frontières rappelle au gouvernement libyen les obligations nationales et internationales qui lui incombent en termes de respect des libertés fondamentales. Une semaine après l'adoption par l'Assemblée générale des Nations unies de la première résolution de l'AG sur la sécurité des journalistes, l'organisation demande aux autorités libyennes de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la protection des journalistes travaillant sur le sol libyen, et de faire en sorte que l'impunité cesse de régner dans le pays.

Dernier Tweet :

"at the end of the day this a story that is made up of hundreds of thousands of human interest stories"… https://t.co/WPGoVHk4sO