RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les médias dans l'oeil du cyclone un mois après l'accession au pouvoir d'Andry Rajoelina le retour de la censure

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce avec force le retour de la censure à Madagascar après que des ordres ont été donnés aux médias publics de ne pas couvrir les manifestations de l'opposition. L'organisation s'inquiète également de la fermeture de Radio Mada et des actes de vandalisme qui ont touché plusieurs médias proches de l'ancien président, Marc Ravalomanana.

"Déjà durement touchés par la crise qu'a connue le pays entre décembre 2008 et mars 2009, les médias sont à nouveau visés par des mesures inquiétantes, sur fond de bruits de bottes. Tout en sanctionnant les appels à la haine ou à la violence, Andry Rajoelina doit garantir la libre expression des opinions et une couverture complète et neutre des manifestations. Nous sommes inquiets de la tournure que prennent les événements. L'instabilité politique et institutionnelle dans laquelle est plongé le pays ne saurait justifier le retour de la censure", a déclaré Reporters sans frontières.

Censure dans les médias publics

La Haute Autorité de transition mise en place par Andry Rajoelina en mars a d'abord semblé donner des gages de bonne volonté en laissant les médias publics couvrir les activités de l'opposition. Ainsi la Télévision Nationale Malgache (TVM) et la Radio Nationale Malgache (RNM) ont pu couvrir les manifestations et inviter à l'antenne, dans l'émission dominicale "Savaravina" notamment, certains ténors de l'opposition tels que Olivier Rakotovazaha et Constant Raveloson.

Mais de sources concordantes, les rédactions de ces deux médias ont reçu plus récemment des consignes pour organiser un black-out sur les manifestations de l'opposition.

Interrogé par Reporters sans frontières, le directeur par intérim de la TVM, Johary Ravaojanahary, affirme : "Personne ne nous a empêchés, ici à la TVM, de rapporter ce qui se passe à Ambohijatovo." Une version confirmée par un journaliste ayant requis l'anonymat qui déclare qu'il n'a "jamais reçu, personnellement, une quelconque interdiction concernant la couverture des manifestations de l'opposition". Mais cette position est contredite par un autre journaliste affirmant pour sa part, lui aussi sous couvert de l'anonymat: "Il y a effectivement censure. L'autorité supérieure fait pression sur le rédacteur en chef pour interdire aux journalistes d'aller couvrir les manifestations."

La station Radio Mada fermée et l'émetteur de Télé Mada démonté

Le 19 avril dans la soirée, un groupe de militaires cagoulés a enlevé de force l'émetteur de la chaîne privée Télé Mada et a ordonné la fermeture de la station privée Radio Mada, deux médias proches de l'ex-président Marc Ravalomanana.

Les autorités justifient cette mesure par le non-respect des dispositions législatives et réglementaires relatives à la communication audiovisuelle". Télé Mada est "une station pirate car elle ne dispose d'aucune fréquence régulière. Par ailleurs, elle brouille les autres chaînes de télévision. Cette chaîne n'a déposé aucune demande d'autorisation d'exploitation officielle auprès des responsables", affirme Gilbert Raharizatovo, récemment nommé à la tête du nouveau ministère de la Communication. Quant à Radio Mada, elle est accusée d'activités qui tendent à "inciter à la désobéissance civile et à ébranler la confiance de la population envers les institutions". Non seulement les propos des animateurs mais encore les émissions interactives sont condamnés pour "inciter les auditeurs à déclencher une guerre civile".

Le 20 avril, des partisans de Marc Ravalomanana se sont dirigés vers le tribunal de grande instance pour y déposer une lettre au procureur de la République protestant contre la saisie des équipements de transmission de Radio Mada, Radio Fahazavana et Télé Mada. Les forces de l'ordre sont alors intervenues avec des grenades lacrymogènes et assourdissantes pour disperser les manifestants. La répression de la manifestation a fait un mort et au moins treize blessés.

Création d'un ministère de la Communication

Conformément à ses promesses formulées devant les journalistes, le 30 mars, le président de la Haute Autorité de transition, Andry Rajoelina, a décidé de procéder à la création d'un ministère de la Communication, une première à Madagascar où ce secteur n'a jamais fait l'objet d'un département ministériel indépendant. A sa tête, Gilbert Raharizatovo, ancien journaliste à la RNM et à la TVM, a été nommé le 17 avril.

Reporters sans frontières estime que la publication d'un Code de la Communication devrait figurer parmi les priorités du ministre, afin de clarifier les règles du jeu et d'éviter les dérives. Celui-ci doit en outre veiller à ce que la population malgache ait accès à l'information de manière équitable. "Le fait de ne pas évoquer les manifestations de l'opposition à une heure de grande écoute et sur des canaux suivis par 80% des Malgaches ne va pas dans ce sens", a conclu l'organisation.

Lire la chronique de Reporters sans frontières sur les médias à Madagascar, publiée le 22 mars 2009 sur le site Internet Slate.fr : http://www.slate.fr/story/madagascar-des-m%C3%A9dias-pris-au-pi%C3%A8ge

Dernier Tweet :

Congreso de Guatemala estudia modificaciones a Ley de Telecomunicaciones para reconocer legalmente al sector comuni… https://t.co/5kHdjUUXTp