RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste et son directeur de la publication inculpés pour "publication de fausses nouvelles"

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce l'inculpation, le 2 février 2008, de Mike Chipalasa, du quotidien privé "The Daily Times", et de James Mphande, son directeur, pour "publication de fausses nouvelles pouvant susciter des troubles à l'ordre public". Ces accusations surviennent après la parution, le 14 janvier, d'un article rapportant les propos du chef de l'opposition, John Tembo.

"Il semblerait que toute cette affaire ne soit qu'une tentative du gouvernement pour intimider et faire taire les journalistes qui donnent la parole à l'opposition. Nous appelons les autorités et la justice malawites à renoncer aux poursuites contre nos confrères, dont le travail n'est pas de rapporter uniquement les propos favorables au gouvernement", a déclaré l'organisation.

Le 2 février, Mike Chipalasa a été interpellé par la police et interrogé pendant plusieurs heures à propos d'un article, daté du 14 janvier, rapportant les propos de John Tembo, chef de l'opposition. Ce dernier avait déclaré que le gouvernement avait "fait venir des experts étrangers dans le pays pour que les élections de 2009 se déroulent en faveur du Democratic Progressive Party (DPP)". Le journaliste a été libéré sous caution le 3 février, mais le directeur de la police criminelle, Davie Nyongo, a déclaré que James Mphande, qui a co-signé l'article, était également recherché pour interrogatoire.

Les deux journalistes ont été inculpés de "publication de fausses nouvelles pouvant susciter des troubles à l'ordre public". Mike Chipalasa doit comparaître devant la justice le 15 février. Il risque jusqu'à six mois de prison.

Dernier Tweet :

Tunisian journalists say police union attacks are having chilling effect on press freedom https://t.co/ideqaEJjDs b… https://t.co/uZVTN6a36A