RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le blogueur Amizudin Ahmat condamné à payer plus de 100 000 $US pour diffamation

(RSF/IFEX) - Le 20 juillet 2011 - La Haute Cour de Kuala Lumpur a condamné, le 19 juillet 2011, le blogueur politique Amizudin Ahmat, plus connu sous son nom de plume, Din Binjai, à 300 000 ringgit malaisiens (100 000 USD) au titre de dommages et intérêts et 100 000 ringgit malaisiens (33 000 USD) de frais de justice, dans une affaire de diffamation intentée par le ministre malaisien de la Culture, de l'information et de la communication, Rais Yatim. Au total, le blogueur est donc condamné à payer le montant exorbitant de 400 000 ringgit malaisiens (133 000 USD), une peine que Reporters sans frontières juge particulièrement sévère.

"Din Binjai n'a sans doute pas fait preuve de toute la prudence nécessaire, mais il n'est pas l'auteur du texte publié sur son blog, qu'il s'est contenté de copier depuis un site Internet. Il a regretté publiquement ne pas avoir vérifié ses sources et a supprimé l'article incriminé de son blog. Ces preuves de bonne volonté auraient dû appeler la clémence de la justice et du ministre qui, au contraire, a persisté dans son acharnement judiciaire. Nous ne pouvons que dénoncer cette peine excessive," a déclaré Reporters sans frontières.

Din Binjai, 42 ans, avait publié sur son blog, le 28 décembre 2010, un article intitulé "Monsieur le Ministre, où tentez-vous de vous enfuir ?", dans lequel il accusait Rais Yatim d'avoir violé sa femme de ménage indonésienne, Robingah, à son service entre 1999 et 2007.

Din Binjai a assuré avoir copié l'article depuis le site Internet Harakah Daily. Le blogueur a avoué ne pas en avoir vérifié la source et a admis que le contenu pouvait être erroné. L'article en question reprenait un rapport de l'ONG Migrant Care, daté du 1er août 2007, dénonçant les cas de maltraitance des travailleurs indonésiens émigrés. Din Binjai s'était rendu à Jakarta, du 18 au 20 mai 2011, pour rencontrer un témoin. S'il n'a pu entrer en contact avec la femme de ménage, le blogueur a pu voir Indah Utamin, enquêteur pour Migrant Care, qui, selon lui, n'a pas souhaité témoigner par peur des autorités malaisiennes.

Depuis, Din Binjai a supprimé l'article incriminé. Le ministre Rais Yatim a cependant persisté à lui réclammer des dommages et intérêts, et vient d'obtenir gain de cause.

Le fait que les accusations se soient concentrées sur ce blogueur amène à s'interroger sur les motivations réelles de ce procès. Din Binjai, membre du parti d'opposition Parti Keadilan Rakyat (PKR) est connu pour avoir révélé une affaire de corruption, en février 2011, mettant en cause un responsable de son propre parti qui a ensuite rejoint le United Malays National Organisation (Umno), le plus grand parti politique en Malaisie, dont est membre Rais Yatim.

La Malaisie fait partie des pays sous surveillance dans la liste des ennemis d'Internet publiée le 12 mars dernier par Reporters sans frontières.

Dernier Tweet :

Will a new wave of Israeli legislation diminish internet freedoms? https://t.co/fsdoGBVfbG @7amleh