RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste de la radio publique agressé, un autre inculpé pour outrage à la première dame de l'État

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce l'agression de Mohamed Mahmoud Ould Moghdad, journaliste de la radio publique Radio Mauritanie, le 16 août 2007, par des membres de la garde rapprochée du Premier ministre alors qu'il se rendait à une conférence de presse au ministère de la Santé.

D'autre part, Sidi Mohamed Ould Ebbe, rédacteur en chef du quotidien privé "El Bedil Athalith", a été inculpé le 18 août de "diffamation et outrage à la première dame de l'Etat". Il risque une peine de prison.

"Alors que des avancées en matière de liberté de la presse avaient été notées dans le pays, notamment lors des dernières élections, l'agression dont a été victime Mohamed Mahmoud Ould Moghdad est un retour en arrière en ce qui concerne la sécurité des journalistes. Par ailleurs, nous tenons à rappeler que la Première dame d'un Etat est un personnage public, généralement exposé aux médias. Elle est certes en droit de porter plainte en cas de "diffamation", mais doit également accepter les critiques. Dans ce type d'affaire, la demande d'un droit de réponse serait préférable à une procédure judiciaire", a déclaré l'organisation.

Le 16 août, Mohamed Mahmoud Ould Moghdad se trouvait au ministère de la Santé pour couvrir une visite du Premier ministre Zein Ould Zeidane. Le journaliste a quitté la salle quelques instants et a été intercepté par le responsable de la garde du Premier ministre, Zein Ould Soueydatt, alors qu'il souhaitait regagner le lieu de la conférence. Bien qu'il soit en possession de sa carte de journaliste, Zein Ould Soueydatt a ordonné à ses hommes de le frapper.

La Haute autorité de la presse et de l'audiovisuel (HAPA) a condamné cette agression, estimant "qu'aucune circonstance ne doit justifier le recours à la force physique à l'encontre d'un journaliste dans l'exercice de ses fonctions".

Le 18 août, Sidi Mohamed Ould Ebbe, rédacteur en chef de "El Bedil Athalith", a été inculpé pour "diffamation" suite à une plainte de l'épouse du président, déposée le 14 août. La Première dame lui reproche la publication de deux articles indiquant qu'elle utilisait sa position pour solliciter des financements en faveur d'une association caritative qu'elle préside.

Le directeur d'"El Bedil Athalith" a déclaré à la presse "être prêt à un compromis", tout en déplorant l'interprétation qui a été faite des deux articles qui, selon lui, "ne visaient pas à porter atteinte à la Première dame".

Sidi Mohamed Ould Ebbe a été entendu par le procureur de la République et doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Nouakchott le 22 août. En vertu de la loi mauritanienne sur les délits de presse, il risque une amende ou une peine d'emprisonnement.

Fin 2006, Reporters sans frontières a collaboré à une Commission spécialisée composée de journalistes indépendants, de juristes et de hauts fonctionnaires afin d'établir un nouveau projet de loi sur la presse. Ce texte prévoyait la dépénalisation des délits de presse, y compris pour les cas de diffamation. Au moment de la promulgation de la loi au mois d'octobre, des peines d'emprisonnement ont été ajoutées en dépit des recommandations de la commission.

Dernier Tweet :

Abraji registra más de 130 casos de violencia contra periodistas en el contexto político-electoral… https://t.co/0Bw1MLAnx4