RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste criblé de balles dans l'État du Michoacán pour des raisons encore inconnues

(RSF/IFEX) - RSF exprime son indignation suite à l'assassinat de Gerardo Israel García Pimentel, journaliste du quotidien "La Opinión de Michoacán", tué par balles le 8 décembre 2007 à Uruapan (État du Michoacán, Ouest). Poursuivi dans la rue par des inconnus, le journaliste a voulu se réfugier dans l'hôtel où il résidait et a été retrouvé mort sur le parking. Il traitait surtout d'informations liées à l'agriculture et occasionnellement d'affaires policières. Un frère et un cousin du journaliste sont portés disparus.

"Les motifs de ce terrible assassinat demeurent inconnus, mais la traque dont a fait l'objet Gerardo Israel García Pimentel avant d'être tué laisse penser qu'il était personnellement visé. L'État du Michoacán est l'un des plus touchés par la violence contre la presse, en raison notamment de la présence de puissants cartels de drogue. Nous exprimons toutes nos condoléances à la famille du journaliste et nous appelons les autorités à prendre cette affaire au sérieux en explorant la piste professionnelle", a déclaré l'organisation.

García Pimentel a été retrouvé dans l'après-midi par les services de secours dans l'escalier du parking de l'hôtel dans lequel il résidait, le corps criblé par les impacts d'une vingtaine de balles provenant d'un fusil d'assaut et d'un revolver. Suivi par au moins deux inconnus, il avait cherché à se cacher dans l'établissement. La disparition de deux membres de la famille du journaliste, un frère et un cousin, a été signalée par la presse locale le lendemain de l'assassinat.

Les directeurs de "La Opinión de Michoacán" ont affirmé à RSF que "Gerardo Israel García Pimentel couvrait essentiellement des informations agricoles et parfois des questions urgentes, mais de façon occasionnelle". Il écrivait des articles de "politique, de société et il traitait de sujets d'origine policière de façon sporadique, mais il n'était pas le seul, ils étaient trois ou quatre". Les collègues du journaliste ont déclaré qu'ils ignoraient quel pourrait être le motif de l'assassinat: "c'était une personne tranquille; nous ne lui connaissions aucun problème", a affirmé l'un d'entre eux.

Dernier Tweet :

#Bahrain: Photographer Sayed Baqer Al-Kamel and online blogger Sayed Ali Al-Durazi sentenced to two years in prison… https://t.co/DefsefKWZC