RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les cartels de la drogue terrorisent les médias à coups de voitures piégées et de grenades

Une voiture piégée a explosé à l'extérieur des bureaux de la plus importante organisation de médias du Mexique, Televisa, le 27 août, quelques jours après avoir rapporté que 72 migrants d'Amérique centrale et du Sud avaient été tués par des trafiquants de drogue dans la même région, selon ce que rapportent le Centre pour le journalisme et l'éthique publique (CEPET), la Société interaméricaine de la presse (SIP), Reporters sans frontières (RSF) et d'autres membres de l'IFEX. Il y a deux semaines, des explosifs ont détruit les installations appartenant au même conglomérat de médias dans les États de Tamaulipas et de Nuevo León.

Tandis que la zone subit le contrecoup de la guerre des cartels de la drogue, qui se battent pour en arracher la mainmise, Televisa est ciblée pour la troisième fois en deux semaines. La dernière explosion s'est produite à son quartier général de Ciudad Victoria, capitale de l'État de Tamaulipas, provoquant une panne d'électricité. La déflagration a interrompu les émissions de Televisa, ainsi que celles de la chaîne 7 de Multimedios, située à quelques rues de là. Televisa était l'un des rares médias à couvrir le massacre des migrants, après la découverte du charnier contenant les restes de 72 personnes.

Une semaine après que des milliers de journalistes eurent défilé à Mexico pour protester contre la violence, l'intimidation et le harcèlement, des grenades ont été projetées contre les immeubles de Televisa à Monterrey, État de Nuevo León, et à Matamoros, dans l'État de Tamaulipas, les 14 et 15 août. On croit que les assaillants appartiennent au cartel de Los Zetas. C'est dans l'État de Tamaulipas, qui jouxte le Texas, que se produit le plus grand nombre d'affrontements entre groupes rivaux de trafiquants de drogue. La station de la Chaîne 57 de Televisa à Nuevo Laredo, dans l'État de Tamaulipas, a été attaquée aux explosifs le 30 juillet. L'an dernier, ses bureaux de Monterrey ont été attaqués le 6 janvier.

« Aucun journaliste n'est en sécurité au Mexique, lorsque des groupes criminels se sentent libres de commettre des attentats à la grenade contre un radiodiffuseur national », dit le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). « Les trafiquants de drogue terrorisent de plus en plus la presse et décident de ce qui constitue une nouvelle et de ce qui n'en est pas. »

En janvier 2009, cinq hommes masqués ont tiré des projectiles de fort calibre et lancé une grenade à l'extérieur des studios de Televisa; six voitures et la porte d'entrée de la station ont été endommagées, selon ce que rapporte le CPJ.

Dernier Tweet :

Presidenciales 2018 | Balance 20 de mayo: https://t.co/UOb3hGCtrv @ipysvenezuela @espaciopublico @NelaBalbi… https://t.co/HT8uC33Ldb