RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les autorités des pays en proie à des mouvements pro-démocratiques ne cèdent aucun terrain à la presse et continuent leur répression aveugle

(RSF/IFEX) - Le 12 avril 2011 - RSF souligne les derniers incidents ayant eu lieu au Bahreïn, Libye, Émirats Arabes Unis, Syrie et Yémen :

BAHREÏN

Reporters sans frontières condamne avec force la mort en détention du net-citoyen Zakariya Rashid Hassan, le 9 avril 2011. Il avait été arrêté le 2 avril pour "incitation à la haine", "publication de fausses nouvelles", "promotion du sectarisme", et "appel au renversement du régime sur des forums en ligne". Il administrait un forum ( http://www.aldair.net/forum/ ), fermé depuis, donnant des informations sur son village natal, Al-Dair. Le ministère de l'Intérieur a évoqué une drépanocytose (ou anémie à cellules falciformes) à l'origine de son décès. Explication rejetée par la famille du défunt.

Trois autres net-citoyens sont toujours derrière les barreaux : Fadhel Abdulla Ali Al-Marzooq et Hani Muslim Mohamed Al-Taif, arrêtés les 24 et 27 mars 2011, administraient des forums sur lesquels les internautes pouvaient discuter des événements. Ali Hasan Salman Al-Satrawi, arrêté le 25 mars, était l'un d'eux. Quant au blogueur Abduljalil Al-Singace, arrêté le 16 mars, Reporters sans frontières est toujours sans nouvelles de lui.

L'organisation est également inquiète des charges retenues par le procureur militaire général à l'encontre de Nabeel Rajab, président du Bahrain Center for Human Rights, qui est accusé d'avoir publié sur Twitter, le 9 avril, de fausses photos d'une des deux personnes décédées en prison le jour-même. Dans son tweet, Nabeel Rajab affirme qu'Ali Isa Saqer serait décédé à la suite de tortures infligées en détention.

Reporters sans frontières rappelle que, d'après une information de la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme, le procureur militaire général a publié un décret, le 28 mars (décret n°5 pour l'année 2011), interdisant la publication de toute information relative à des enquêtes en cours conduites par le Procureur militaire, et ce pour des raisons de sécurité nationale. La publication d'un tel décret renforce l'arsenal de mesures prises par les autorités pour imposer le silence sur l'ensemble des exactions commises par les forces de l'ordre.

Par ailleurs, le 11 avril 2011, le procureur général du Bahreïn a mis en examen les trois journalistes d'"Al-Wasat", limogés le 3 avril, pour avoir commis de "graves abus", en diffusant des informations fausses et mensongères, portant atteinte à l'image et à la réputation du pays à l'étranger.

Le rédacteur en chef, Dr. Mansour Al-Jamari, le directeur de publication, Walid Nouihid, et le responsable des pages d'informations locales Aqil Mirza indiquent d'avoir une convocation par fax de l'organe en charge de gérer les médias (Information Affairs Authority).

( . . . )

LIBYE

Reporters sans frontières a appris l'arrestation, le 6 avril 2011, de trois journalistes de MBC, Hassan Zeitouni, journaliste algérien, Majdi Hilal, caméraman égyptien et Mohamed Al-Shoueidi, caméraman libyen, originaire de Benghazi. Les trois journalistes ont été arrêtés à Ajdabiya dans l'après-midi du 6 avril, alors qu'ils se rendaient sur le front à Brega. Hassan Zeitouni est apparu sur la chaîne nationale libyenne le 8 février à minuit. D'après des informations recueillies par l'organisation, ce journaliste aurait été libéré le 9 avril dans la soirée.

Avec ces arrestations, le nombre de journalistes actuellement détenus par les forces loyalistes à Mouammar Qadhafi s'élève à au moins 9.

( . . . )

EMIRATS ARABES UNIS

Le blogueur et militant des droits de l'homme Ahmed Mansoor, cible de menaces de mort depuis plusieurs jours, a été arrêté le 8 avril 2011. Une dizaine d'hommes sont entrés chez lui et ont fouillé son domicile pendant près de trois heures. Ils ont saisi son ordinateur, des livres et des documents lui appartenant. Farhad Salem Al-Shehhi, qui l'aidait à tenir son blog, a quant à lui été arrêté le lendemain. Ahmed Mansoor était un des signataires d'une pétition demandant des élections directes dans le pays. Il s'était exprimé à ce sujet dans plusieurs émissions de télévision. Un troisième net-citoyen, Nasser bin Ghaith, a été arrêté le 10 avril.

Aucune charge n'a été retenue pour le moment contre ces trois personnes, mais il semblerait que leurs commentaires sur les révolutions arabes, et leurs demandes pour une réforme démocratique du régime, soient à l'origine de leur arrestation.

SYRIE

Le journaliste du quotidien algérien "El-Watan", Zine Cherfaoui, bloqué depuis le 7 avril dans la zone internationale de l'aéroport de Damas, a été invité à quitter le territoire le 10 avril 2011 par les autorités syriennes. Venu couvrir les manifestations, le journaliste n'aura pas pu entrer dans le pays.

Les autorités syriennes ont quant à elles limogé, le 9 avril 2011, la rédactrice en chef du quotidien gouvernemental "Tishrin", Samira Al-Masalma, en raison d'un entretien accordé la veille à Al-Jazeera sur les événements survenus à Deraa. Au cours de cette interview, elle a publiquement demandé au gouvernement d'arrêter les responsables de la tuerie survenue plus tôt dans la journée dans cette ville du sud du pays. "Les instructions de ne pas tirer sur des manifestants n'ont pas été respectées. Si ceci est le fait d'un parti tiers, ce que je crois, les forces de sécurité doivent les traduire en justice", avait elle déclaré à la chaîne qatarie. Al-Jazeera avait rapporté que 37 civils avaient été tués au cours de la seule journée du 8 avril lors d'affrontements à Deraa, Homs et Harasta. Samira Al Masalma a annoncé son remplacement par le chef de la section d'affaires du journal, Munir Al Wadi.

( . . . )

YÉMEN

Le journaliste Mansour Al-Jaradi et le rédacteur en chef du journal indépendant "Al-Nass", Oussama Ghalib, ont reçu des menaces de mort par téléphone, le 10 avril 2011, suite à la publication d'un rapport indiquant que le pouvoir était impuissant à contrôler Sanhan, région dont est originaire le président Ali Abdullah Saleh.

Par ailleurs, le distributeur du quotidien indépendant "Al-Oula", Mohamed Al-Shaibani a été agressé, dans la soirée du 10 avril dans le quartier de Naqim à Sanaa, par des sympathisants du pouvoir, qui ont confisqué les exemplaires alors qu'il faisait sa tournée, affirmant que le journal était responsable de l'agitation contre le gouvernement.

Le poste de police situé à la porte "Bab El-Yemen" à Sanaa a empêché la distribution de l'édition du journal "Al-Sharia", datée du 9 avril 2011, destinée à la province Taez et aux provinces du sud du pays.
Pour lire le communiqué de presse complet, cliquer ici

Dernier Tweet :

Attacker tries to stab Honduran journalist during live broadcast https://t.co/n2RwBOUbVT @pressfreedom @RSF_inter… https://t.co/6sVIc8o8Gf